Les jours brûlants
EAN13
9782702165645
ISBN
978-2-7021-6564-5
Éditeur
Calmann-Lévy
Date de publication
Collection
LITTERATURE FRA
Nombre de pages
380
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
436 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
20.50

Autre version disponible

Pourquoi une épouse amoureuse, une mère aimante, décide-t-elle de disparaître ?
 
À 37 ans, Joanne mène une vie sereine à Modesto, jolie ville de Californie, en cette fin des années 1970. Elle a deux enfants, un mari attentionné, et veille sur eux avec affection.
Et puis… alors qu’elle rentre de la bibliothèque, Joanne est agressée. Un homme surgit, la fait tomber, l’insulte, la frappe pour lui voler son sac. Joanne s’en tire avec des contusions, mais à l’intérieur d’elle-même, tout a volé en éclats. Elle n’arrive pas à reprendre le cours de sa vie. Son mari, ses enfants, ne la reconnaissent plus. Du fond de son désarroi, Joanne comprend qu’elle leur fait peur.
Alors elle s’en va. Laissant tout derrière elle, elle monte dans sa Ford Pinto beige et prend la Golden State Highway. Direction Las Vegas.
C’est là, dans la Cité du Péché, qu’une main va se tendre vers elle. Et lui offrir un refuge inattendu. Cela suffira-t-il à lui redonner le goût de l’innocence heureuse ?
 
« Le personnage de cette femme qui voit sa vie dérailler suite à son agression est extraordinaire. Quel bonheur de lecture ! »
Sandrine Dantard, Fnac Grenoble
 
« Un roman bouleversant où Laurence Peyrin distille à merveille les émotions au travers de personnages attachants et hauts en couleur. »
Delphine Dausque, Maison de la Presse la Touquettoise

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
12 juin 2020

Joanne est une femme au foyer américaine très heureuse et entourée, mais un jour, elle se fait agresser et sa vie déraille… elle décide de disparaître. Un beau roman sur la chute et la reconstruction de soi.

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

9 juillet 2020

Un roman à savourer.

Je suis beaucoup plus difficile à satisfaire en littérature blanche qu’en littérature policière. Pour moi ce genre littéraire n’autorise aucune approximation. Aucune incohérence. Et, surtout, doit être exempt de tout manichéisme. Parce qu’il représente souvent la vraie vie, il se ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Laurence Peyrin