Vivant - Chroniques d'Afrique, Ecrire sur les chemins d'Afrique
EAN13
9782491812201
ISBN
978-2-491-81220-1
Éditeur
NAUTILUS MEDIAS
Date de publication
Nombre de pages
460
Dimensions
13,7 x 20,5 x 3,5 cm
Poids
465 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vivant - Chroniques d'Afrique

Ecrire sur les chemins d'Afrique

Nautilus Medias

22.00
Après avoir été "Libre" pour écrire sur les chemins du monde, l'écrivain voyageur parcourt l'Afrique, pour s'affirmer "Bien vivant"
A 52 ans, l’auteur décide de changer radicalement de vie. Il arrive à céder sa société en difficulté et prend une décision radicale: se débarrasser de tout ses biens pour limiter ses possessions à ce qui tient dans un sac de voyage, et partir. Loin. Pour découvrir le monde et écrire.
Après l’Amérique du Sud, sujet principal de son premier livre, Frédéric Pie est parti presque un an sur le continent africain. Sénégal, Malawi, Bostwana, Lesotho, Afrique du Sud, Mozambique, Zambie... Seul, d’abord à pied puis en Land Rover, dans des pays désertés par les touristes, bloqués par la Covid-19, il a choisi de se perdre dans des paysages à couper le souffle, cherchant le contact avec les habitants partout où il allait, arpentant les quartiers où, seul blanc, son passage attirait l’attention et, chaque fois, la générosité.
Les aventures se succèdent, qu’elles soient liées aux rencontres, aux aspects kafkaiens des administrations, ou aux caprices de la vieille anglaise le trimballant de pannes en pannes. Et, toujours, il a écrit. Magnifiquement.
Une qualité littéraire dans la ligne des maîtres Bouvier et Chatwin:
un véritable écrivain.
en difficulté et prend une décision radicale: se débarrasser de tout ses biens pour
limiter ses possessions à ce qui tient dans un sac de voyage, et partir. Loin. Pour découvrir
le monde et écrire.
Après l’Amérique du Sud, sujet principal de son premier livre, Frédéric Pie est parti
presque un an sur le continent africain. Sénégal, Malawi, Bostwana, Lesotho, Afrique
du Sud, Mozambique, Zambie... Seul, d’abord à pied puis en Land Rover, dans des
pays désertés par les touristes, bloqués par la Covid-19, il a choisi de se perdre dans
des paysages à couper le souffle, cherchant le contact avec les habitants partout où
il allait, arpentant les quartiers où, seul blanc, son passage attirait l’attention et,
chaque fois, la générosité.
Les aventures se succèdent, qu’elles soient liées aux rencontres, aux aspects
kafkaiens des administrations, ou aux caprices de la vieille anglaise le trimballant de
pannes en pannes. Et, toujours, il a écrit. Magnifiquement.
Une qualité littéraire dans la ligne des maîtres Bouvier et Chatwin:
un véritable écrivain.
S'identifier pour envoyer des commentaires.