EAN13
9782390080831
ISBN
978-2-39008-083-1
Éditeur
5ème couche
Date de publication
Collection
ESSAIM
Nombre de pages
124
Dimensions
19,2 x 14 x 1,3 cm
Poids
208 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Marque Jaune

Roman

5ème couche

Essaim

Indisponible
Les murs de la City ne résonnent plus que des incroyables exploits de la "Marque Jaune". Ce mystérieux criminel multiplie les actions spectaculaires : raid contre la banque d'Angleterre, vol du Gainsborough de la National Gallery, et même vol de la couronne royale d'Angleterre... Rien ne semble pouvoir l'arrêter. Son audace va jusqu'à prévenir à l'avance la police du lieu de l'accomplissement de ses forfaits, ridiculisant à chaque fois un peu plus Scotland Yard. L'apparente facilité avec laquelle il se déjoue des dispositifs policiers finit par inquiéter les plus hautes instances du pays. Le capitaine Francis Blake est dépêché par le Home Office auprès de Scotland Yard pour élucider l'affaire et découvrir l'identité de l'homme qui se cache derrière la Marque Jaune. Le capitaine s'adjoint tout de suite les services de son vieil ami, le professeur Philip Mortimer, dont les connaissances scientifiques s'avéreront précieuses dans cette affaire extrêmement complexe.
Avant d’entamer son découpage, Jacobs rédigeait son scénario sous la forme d’un texte aux allures littéraires… D’emblée, ce texte faisait ressortir la redondance entre les dialogues et la description des actions. À l’arrivée, une bonne partie de ce texte était conservée dans les récitatifs. Peut-être tenait-il à démontrer son habileté littéraire (qui est réelle, même s’il n'innove pas) et avait-il du mal à couper dans son texte. Mais, en plus, comme l’homme est profondément angoissé à l’idée que le lecteur ne passe à côté de l’histoire, il redoublait les informations dans la mise en scène et dans la mise en image. C’est dire le peu de confiance que Jacobs accordait à l’intelligence du jeune lecteur, le peu de confiance qu’il accordait à son propre “medium”, à l’efficience de la bande dessinée. À moins qu’il ne s’adressait au non-lecteur de bande dessinée, aux anicorètes, sachant que la lecture d’une bande dessinée est un processus complexe et exige une compétence spécifique.
“La Marque Jaune”, dans sa version littéraire, ne retenant que les récitatifs et les dialogues, sous-titrée roman, est un livre non lu. Non lu à double titre, parce qu’on ne lira pas ce texte : on préfèrera la bande dessinée et ses images, mais, quand on lira la bande dessinée, on se passera de lire les récitatifs redondants, et parfois même, les dialogues inutilement longs et explicatifs. De sorte qu’au final, la retranscription systématique de ces textes relève d’un geste absurde, en fait une performance poétique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.