Marcel Duchamp. L'Art à l'ère de la reproduction mécanisée (version brochée), l'art à l'ère de la reproduction mécanisée
EAN13
9782850259609
ISBN
978-2-85025-960-9
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Monographie
Nombre de pages
332
Dimensions
23 x 23 x 3 cm
Poids
1862 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
709.2
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marcel Duchamp. L'Art à l'ère de la reproduction mécanisée (version brochée)

l'art à l'ère de la reproduction mécanisée

De

Hazan

Monographie

Indisponible

- Nouvelle édition brochée de l'édition parue à l'origine chez Hazan en 1999. Une monographie documentée et richement illustrée reproduisant la totalité de l'oeuvre de Duchamp. La contribution la plus importante à la connaissance de Duchamp depuis l'exposition du Palazzo Grassi en 1993 et son catalogue.

À mesure que le siècle s'achève, artistes, historiens et critiques s'accordent à considérer que Duchamp a exercé une influence des plus déterminantes sur l'art du XXe siècle en particulier, sur les mouvements Pop, Arte Povera ou Conceptuel. À lui seul il est parvenu à changer notre manière de considérer l'art de notre temps et jusqu'à sa définition même. L'ouvrage de Francis M. Naumann offre l'avantage d'être une monographie très documentée qui associe à l'étude chronologique de l'oeuvre une grille de lecture des concepts d'appropriation et de réplique au moyen desquels Duchamp a révolutionné l'Art occidental au début du XXe siècle. À partir de 1912, Duchamp recherche une solution de remplacement à la pratique artistique traditionnelle. Il revendique un style d'élaboration mécanique de l'art qui passe par la suppression du travail de la main. Naumann décrit dans le détail comment appropriation et duplication vont donc devenir des stratégies artistiques opérationnelles dans l'oeuvre de Duchamp. D'abord grâce au ready-made, qui consiste à extraire un objet (urinoir, roue de bicyclette) de son environnement fonctionnel, et par lequel il opère un acte esthétique avec la seule aide de l'intellect, par un choix de l'esprit. Mais ensuite, qui dit ready-made dit nécessairement duplication, copies qui sont dans la nature même de la production de ces objets de série, même labellisés comme oeuvre d'art. Naumann démontre comment Duchamp ne se privera pas de systématiser les principes conjoints du ready-made et de la réplique, jouant sans cesse des ambiguïtés de la notion d'oeuvre originale en signant des "copies conformes" ou des "copies non conformes". Il ira même jusqu'à créer un musée miniature rétrospectif de son oeuvre, avec la célèbre Boîte en valise, sans oublier l'exploration poétique des plus infimes variantes qui existent entre les copies à travers le concept exploratoire de infra-mince.

S'identifier pour envoyer des commentaires.