Moscou & Saint-Pétersbourg 1900-1920, art, vie et culture
EAN13
9782754103039
ISBN
978-2-7541-0303-9
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Beaux-Arts
Nombre de pages
400
Dimensions
24 x 17 x 3 cm
Poids
1482 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
700.94709041
Fiches UNIMARC
S'identifier

Moscou & Saint-Pétersbourg 1900-1920

art, vie et culture

De

Hazan

Beaux-Arts

25.00

- La Russie fin de siècle, celle de Diaghilev, Nijinski et des Ballets russes, de Tolstoï et Pastermak, des musiciens Rimski-Korsakov et Rachmaninov, des peintres symbolistes ou d’avant-garde comme Bakst, Rapin, Rotchenko, Stepanova.

Dans les premières décennies du XXe siècle, les deux capitales russes, Moscou et Saint-Pétersbourg, vécurent une renaissance qui affecta la plupart des aspects de la vie artistique et notamment la littérature, la peinture, l’architecture, la musique, la danse et le cinéma. Cette période éblouissante (de la fin des années 1890 à la fin des années 1910), qualifiée d’« Âge d’argent » par comparaison à « l’Age d’or » de la Russie littéraire de Pouchkine et de Gogol des années 1810-1830, est analysée ici du point de vue de toutes les disciplines culturelles et artistiques : littérature, musique théâtre, architecture et arts plastiques. Le pays connaît alors une ouverture à la science et à l’art nouveaux de l’Occident, mais il sut les ajuster aux exigences locales de manière à leur donner l’effervescence d’un cocktail. Ces bouleversements entraînent une véritable tabula rasa née de recherches sans précédent sur des langages expressifs contradictoires tels que le langage crypté, le silence, la peinture abstraite et la musique dissonante. La rubrique des beaux-arts ne connaît plus de frontière : elle englobe une nouvelle série de tentatives esthétiques incluant la haute couture, la danse libre et le design d’intérieur. Des disciplines séparées se sont rejointes en une synthèse époustouflante comme ce fut le cas des Ballets russes. Ce mouvement a encouragé les artistes à faire de leurs vies des œuvres d’art, et a constamment tenté d’ajuster le mot, l’image et le son artistique au grand destin de la Mère Russie. Nombre des créateurs associés à cette renaissance culturelle ont eu un rayonnement international : Anna Akhmatova, Léon Bakst, Alexandre Benois, Marc Chagall, Fédor Chaliapine, Anton Tchekhov, Serge Diaghilev, Carl Fabergé, Vassily Kandinsky, Vladimir Maïakovski, Kasimir Malevitch, Vaslav Nijinski, Boris Pasternak, Fédor Chekhtel et Igor Stravinsky pour n’en citer que quelques-uns, et les mouvements culturels qu’ils ont illustrés — comme les Ballets russes, le Théâtre d’Art de Moscou, Le symbolisme a été indéniablement le moteur philosophique et esthétique de l’Âge d’argent russe. L’ensemble de ses idées — le déni du monde des apparences, la recherche d’une forme artistique moins corrompue, voire à une synthèse des arts et des notions associées, le dépassement des codes moraux et sociaux établis, l’accent mis sur le monde intérieur — a laissé une empreinte profonde et durable sur les arts littéraires, visuels et scéniques. Le présent ouvrage n’a pas pour thème majeur l’art de l’avant-garde, mais plutôt les phénomènes, les caractéristiques et les tendances qui ont précédé le cubisme et le futurisme, le suprématisme et le constructivisme, et qui ont défini l’Âge d’argent comme une entité reconnaissable entre tous.

S'identifier pour envoyer des commentaires.