Apaches, Le Peuple de la Femme Peinte en Blanc
EAN13
9782268056036
ISBN
978-2-268-05603-6
Éditeur
Éditions du Rocher
Date de publication
Collection
Beaux Livres
Nombre de pages
144
Dimensions
28 x 22 x 1,1 cm
Poids
720 g
Langue
français
Code dewey
305.897
Fiches UNIMARC
S'identifier

Apaches

Le Peuple de la Femme Peinte en Blanc

De ,

Préface de

Éditions du Rocher

Beaux Livres

30.39
Marie-Thérèse de Heaulme pour www.librairiecatholique.comPierre Cayrol est artiste peintre et a exposé ses oeuvres en Europe, aux États-Unis et en Asie. Marie est enseignante et écrivain. Ils vivent tous deux à Tavel, près d'AvignonS'intéressant depuis plus de vingt ans, aux civilisations indiennes du sud-ouest américain, ils y passent chaque année plusieurs mois chez les Apaches en qui ils ont trouvé de vrais amis. Le livre a été écrit à partir des notes de voyage prises tout au long de ces années. Leurs amis indiens avaient d'ailleurs accepté que certaines de leurs conversations soient enregistrées de telle sorte que l'on puisse qualifier l'ouvrage d'un texte rédigé avec les Apaches et non pas sur eux. Les nombreuses et magnifiques photographies de paysages et de personnages font de cet ouvrage un véritable livre d'art.Voici un livre atypique dont il serait vain d'essayer de résumer le contenu.C'est un ouvrage superbe à garder et à offrir à tous les lecteurs capables d'assez d'ouverture d'esprit pour accepter d'apprendre à tout âge alors que, trop souvent, on croit déjà savoir... Ainsi comprenons-nous que ce l'on appelle des réserves, ne sont plus actuellement des prisons, mais des zones interdites aux anglo-saxons à l'entrée desquelles un écriteau précise « Propriété privée, défense d'entrer ». Pour les Indiens qui doivent travailler à l'extérieur, c'est le lieu où ils viennent se ressourcer, le retour au foyer, un espace de liberté. Là, en contact permanent avec la nature, ils vivent de leurs traditions qui n'ont pas changé quant au fond, ce qui leur a permis de rester eux-mêmes tout en s'adaptant au monde actuel. Les auteurs essaient de nous faire comprendre que ce peuple aurait beaucoup à nous apporter si nous voulions cesser de nous croire des êtres supérieurs. On commence à admettre qu'il faudrait respecter la nature ; sur ce plan au moins aurions-nous intérêt à imiter les premiers Américains.On peut penser que la civilisation indienne est la seule, parmi celles des peuples primitifs, que la civilisation occidentale ne semble pas avoir détruite.Format 22 x 28 cm
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Pierre Cayol
Plus d'informations sur N. Scott Momaday