Faux airs,
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Point vif
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Faux airs

"une relation comme ancillaire unit la littérature au doute"

publie.net

Point vif

AideEAN13 : 9782814501133
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Fichier HTML, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
3.49

J’avais découvert la langue de [Michel
Falempin](http://www.cipmarseille.com/auteur_fiche.php?id=973), son souci du
continu (expression de Jean-Paul Goux, qui publierait bientôt dans la même
collection) dans _L’Ecrit fait masse_ , collection Digraphe, en 1976.

Pas seulement la hauteur de prise d’une grande langue, d’une pâte lourde,
d’une syntaxe tirant de tous les outils de la langue, mais le souci (ce mot me
semble rapprocher ces auteurs) de porter la langue au contact du monde, quand
bien même elle risquait de s’y disloquer, d’avoir à lever des figures, des
objets (Ponge aussi publierait dans Digraphe : _Une figue de paroles et
pourquoi_ ) a priori hétérogènes à l’expérience littéraire.

Ce son particulier de voix, une raucité, un élan, je le retrouverais dans _La
légende travestie_ en 1987. Michel Falempin a continué, l’actualité littéraire
n’a pas forcément précaution de ces veines sourdes, où pourtant elle se
renouvelle, Jacques Ancet, Jacques Abeille Jean-Paul Goux ne démentiront pas.

D’autres livres chez Ivrea, _Exeat_ à paraître prochainement chez Ecbolade :
je tiens à ce que publie.net soit pour moi une affirmation. Ce _souci_ de la
langue. Et la dette : ceux qui vous ont appris à se charger de la matière
lyrique pour la porter à sa juste épreuve.

De _Faux airs_ , voici l’incipit :

Une relation comme ancillaire unit la littérature au doute : tout château
qu’elle invente, ne le place-t-elle pas sur le chemin de ce maître invisible
pour qu’il le dévaste de ses soupçons, qu’il souffle sur les mystères qu’elle
entretient, qu’il en disperse les prestiges et règne enfin sur ses ruines
supposées ?

Et puis un exercice funambule : l’apostrophe adressée à un personnage qui
entre dans la pièce où écrit le narrateur, une simple phrase, l’adresse faite
à l’autre. C’est un récit de 40 pages, voici l’incipit de la IVème partie :

Le réel existe par imitation : il n’est pas jusqu’aux syllabes de celle qui
n’a pas parlé qu’il ne propage. Il excède son existence muette. Il peut bien
interpoler : quiconque s’estime en vie est tenu de croire à ses tours. Mieux,
il doit en donner la preuve en en reproduisant, pour sa part, les prestiges :
cela conforte la foi en les battements du cœur.

Que cette mise en ligne contribue à renforcer l’accueil que nous devrons à
_Exeat_ , et c’est aussi la tâche, ici. Et si vous trouvez chez un bouquiniste
deux exemplaires de _L’Ecrit fait masse_ , ne les manquez pas, et réservez
m’en un !

[FB](http://www.tierslivre.net)

S'identifier pour envoyer des commentaires.