Jusqu’où cette ville ?, explorations langue et métropole urbaine, avec triptyques photographiques
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Point vif
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Jusqu’où cette ville ?

explorations langue et métropole urbaine, avec triptyques photographiques

publie.net

Point vif

AideEAN13 : 9782814501331
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Fichier HTML, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
3.49

À ce qui concerne la ville et l’écriture on doit une attention systématique,
une place au centre du dispositif des recherches et tentatives que nous
rassemblons.

Ainsi a-t-on NewYork, Los Angeles, ou la radiale ferroviaire de Paris à Saint-
Quentin en Yveline.

Ici, la ville n’est pas nommée. Mais c’est la métropole d’aujourd’hui celle
qui _dérange les lignes_ , nous saisit par où nous sommes corps ou attention
poétique. Le système d’écriture, par sa contrainte même, devient alors l’outil
optique, qui révèle les figures, permet qu’elles nous surprennent.

Fabienne Swiatly vit dans cette ville, connaît aussi ses chemins d’eaux. Elle
a publoié à la Fosse aux Ours, en 2006, [Gagner sa
vie](http://remue.net/spip.php?article1767) qui participe de la même attention
subversive à la société contemporaine. Après avoir longtemps collaboré à Aleph
Ecritures, elle est membre du comité de rédaction de
[remue.net](http://www.remue.net).

Et puis l’échappée : l’écran devient la page. Entre les pages surgissent les
triptyques d’un photographe, intitulés murs, dessous le fleuve, rues... On
trouvera ici sur le Net les galeries virtuelles de [Jean-Pierre
Maillet](http://www.objet-du-desir.com/). Nous entrons ainsi dans d’autres
articulations sensibles, que le support numérique autorise, à condition qu’on
lui accorde confiance.

[FB](http://www.tierslivre.net)

Cette ville. Je la connais bien ou du moins c’est la ville de France que je
connais le mieux. Je n’ai jamais pu dire que je l’aimais. Tout au plus que je
m’y sens bien mais toujours avec le sentiment que quelque chose m’échappait.
Une ville, une grande ville c’est difficile à saisir. Ses limites, ses
contours sont imprécis, fuyants. Alors j’ai voulu la regarder avec en moi
cette question : une ville cela commence où ? cela se finit comment ? J’ai
tenté de la faire entrer dans un cadre littéraire pour mieux la cerner, elle,
et ceux qui la traversent, l’animent, la peuplent.

J’ai voulu être précise en m’appuyant sur du flou. Une tentative d’écriture
qui m’amène à écrire : j’ai rêvé une ville. Elle a un nom. Je le garde à
distance pour rester dans la fiction.

Fabienne Swiatly

S'identifier pour envoyer des commentaires.