d'ici là, n°7, collectif dirigé par Pierre Ménard, 42 auteurs, epub avec audio et photographies
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
d'ici là | revue
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

d'ici là, n°7

collectif dirigé par Pierre Ménard, 42 auteurs, epub avec audio et photographies

publie.net

d'ici là | revue

AideEAN13 : 9782814504660
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier MP3, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
7.99

Le septième numéro de la revue d'ici là est consacré au temps :

Le présent n'est que la crête du passé et l'avenir n'existe pas | Vladimir Nabokov, Partis pris.

« L'écrivain n'a pas pour tâche de créer du nouveau de l'original, mais d'être expert dans l'art de l'imitation. Imiter, c'est, avons-nous dit, mimer un affrontement pour combler le manque, l'écart, afin de faire advenir de la présence. Savoir imiter le futur toujours déjà là, toujours d'une certaine façon présent, contre le passé qui ne demande qu'à céder pour le réaliser, tel est le pouvoir de celui qui aime. »

La méprise, Vladimir Nabokov, Gallimard, Collection Folio n°2295, 1991, pp.31-32.

Nota : iPad recommandé pour profiter pleinement de l'ensemble des fonctions et enrichissements.

Sommaire du numéro :

Présentation complète des auteurs et liens vers leurs sites sur le site Liminaire[1]

Direction artistique : Pierre Ménard
Bande son : Voxfazer :Le temps, Pierre Ménard :Ostinato rigore, David Christoffel :Poussepousse, RadioMentale :Una Dolce Notte.

Les auteurs : Michel Brosseau, Daniel Cabanis, Cali Rezo, Nicolas Carras, Anne Collongues, David Christoffel, Charles Dionne, Samuel Dixneuf, Michèle Dujardin, Claude Favre, Jean-Yves Fick, Stéphane Gantelet, Christophe Grossi, Maryse Hache, Déborah Heissler, Sabine Huynh, Louise Imagine, Christine Jeanney, Stéphane Korvin, Sergey Larenkov, Christian May, Pierre Ménard, Juliette Mézenc, Gréogory Noirot, Isabelle Pariente-Butterlin, Julien Pauthe, Charles Pennequin, Cécile Portier, Daniel Pozner, Mathieu Rivat, Éric Rondepierre, Christophe Sanchez, Anne Savelli, Joachim Séné, Jean-Pierre Suaudeau, Jérémy Taleyson, Florence Trocmé, Guillaume Vissac, Voxfazer.

Michel Brosseau est Docteur ès lettres (Le héros romanesque célinien face au sens), il enseigne le français dans un lycée de l'agglomération orléanaise. Chanteur-guitariste dans un groupe de rock alternatif au début des années quatre-vingt-dix, aujourd'hui père de deux enfants, il a déjà publié La Bac d'abord aux Éditions du Barbu ainsi que Mannish Boy[2] et Kill that marquise[3] sur Publie.net. Il a participé aux numéros de la revue d'ici là n°1[4], d'ici là n°2[5], d'ici là n°3[6], d'ici là n°4[7], et d'ici là n°6[8]

Daniel Cabanis Né en 1956, ancien élève des Arts-Décos, Daniel Cabanis est plasticien et enseignant. Au fil du temps, il a publié nombre d'opuscules et livres d'artiste et collaboré un temps à la revue PAN (organe officiel de la Pansémiotique). En 1998, il publie au Seuil L'Amour à l'écossaise, plus récemment, il a entrepris un Catalogue des pense-bêtes idiots. Il a participé aux numéros de la revue d'ici là n°4[9], d'ici là n°5[10] et d'ici là n°6[11]

Cali Rezo est une artiste prolifique de la blogosphère graphique française. Parmi toutes ses créations (croquis, photos, collages, chansons, doudous...), elle a particulièrement travaillé le portrait à travers plusieurs styles. Des Klimteries de ses débuts aux récentes séries de Fantômes, son oeuvre éclectique est le produit d'une exploration constante de pistes nouvelles. Cali Rezo peint directement sur ordinateur avec une tablette graphique et un stylet, appliquant des méthodes traditionnelles à des outils
modernes. Le travail de chaque oeuvre commence par une séance photo pour étudier la lumière générale du sujet. A partir de ces références, Cali Rezo esquisse un crayonné, pose les aplats clairs et sombres avant de terminer par les détails.
[12]

Nicolas Carras est compositeur, arrangeur, pianiste, artiste sonore et poète. Co-fondateur du groupe sos-art.com[13]. Vient du classique et du Jazz. A l'age de 19 ans il écrit ses premiers poèmes, travail d'écriture qu'il mènera en parallèle de sa recherche musicale, plusieurs recueils à ce jour non publiés, ainsi qu'un travail autour de la poésie vidéo. 1989 : arrête ses études pour se consacrer exclusivement au piano et solfège. Il a participé au numéro 6 de la revue d'ici là[14]. Son site :http://www.nicolasound.com/[15], et celui de son groupe d'art contemporain : http://www.sos-art.com/[16]

Anne Collongues est née le 15 juillet 1985 en France, elle vit en ce moment à Tel Aviv. Diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2009, elle poursuit ses projets artistiques à Tel Aviv en Israël. Elle a participé aux numéros de la revue d'ici là n°2[17], d'ici là n°4[18] et d'ici là n°5[19]. Son site :http://www.annecollongues.com/[20]

David Christoffel est né en 1976 à Tours, vit à Clichy. Auteur d'opéras parlés, tels que La flûte dite enchantée (1997), Le Déchante-Merdier (1999), ou Les Heureux alibis au label Signatures / Radio France (2005), David Christoffel s'intéresse aux rapports entre la poésie et la musique. Il développe des activités de radio, de composition, de poésie au lycée, de clarinette, de spam, de colloques internationaux, d'enseignement en prison, de soirées électorales, de critiques et recensions, de musique de film, de concerts de flûte à bec en maison de retraite... Chroniqueur pour la Banque de programmes de Radio France, ses poèmes intègrent régulièrement des paroles, des éléments radiophoniques. Il vient de publier Argus du cannibalisme[21]sur Publie.net. Il a participé à la bande son des numéros de la revue d'ici là n°3[22], et [23]d'ici là n°6. Son site : http://www.dcdb.fr/[24]

Luc Dall'Armellina C'est par l'écriture que Luc Dall'Armellina tente d'aborder nos rapports aux langages, dans ces lieux risqués où on est tout à la fois idiot et savant. Ses dispositifs numériques ont été présentés ou joués dans différents contextes : L'été des Arts 2010, MidiMinuit Poésie Nantes 09, Nuits Blanches Paris 09, Instants Portraits Panoplie 08, festival e-poetry Paris 07, e-formes Saint-Etienne 08 et 05, espace FORDE Genève 05, Gaîté Lyrique Paris 03, Brouillons d'écrivains BNF Paris 01, MIM Montréal 98, Imagina Monaco 98, la Maroquinerie Paris 97. Chercheur associé à l'Université Paris8 ; chargé du cours « arts et technologies contemporaines » à l'UTC de Compiègne, il enseigne depuis 1999 le design des hypermédias à l'Ecole des Beaux-Arts de Valence. Son site : http://lucdall.free.fr[25]

Charles Dionne est un auteur québécois. Son premier roman, « Le récit d'une terreur passagère » a été publié le 30 septembre 2010 aux éditions Numériklivres[26]. Faisant la paire avec ses études à Montréal en littérature et son implication professionnelle dans différents projets de recherche sur la littérature québécoise et française, il continue de publier en poésie et travaille sur divers projets d'écriture. Il a participé au numéro 6 de la revue d'ici là[27]. Son blog :http://charlesdionne.blogspot.com[28]

Samuel Dixneuf Né en période de canicule en environnement lacustre, aime alterner le chaud et le froid. Egaré dans le transversal et le subalterne, garde généralement conscience du chemin parcouru. S'effraie parfois de celui qui reste. Aurait aimé être boucher ou chauffeur poids lourd. N'écrit jamais le matin. Détruit compulsivement ses rares productions.

Michèle Dujardin est née à Marseille en 1955. Premier livre en 1983, Blockhaus, éditions Jeanne Laffite. Elle a publié en 1988. Abâdon aux éditions du Seuil/Déplacements, et de nombreux textes en revue. Travaux textes et photographie, inédits sur son siteabadon.fr[29]. Elle a participé aux numéros de la revue d'ici là n°5[30] et [31]d'ici là n°6
Claude Favre n'est ni sourde, ni, n'en déplaise à ses contradicteurs, muette ; mais elle a des embarras de langues contagieuses qu'elle ne résout pas en revues, sur sites, en lectures. Les jours de grand vent, elle s'attaque, consciente de l'urgence d'entreprendre carrière, à des traductions iconoclastes de textes apocryphes en géorgien ancien. De nombreux textes diffusés sur Remue.net[32]. Elle a participé aux numéros de la revue d'ici là n°2[33], d'ici là n°4[34] et d'ici là n°5[35]

Jean-Yves Fick est né en 1969. Depuis deux ans, pour ses amis libraires du Quai des Brumes et leurs lecteurs, il s'essaye à l'animation de rencontres d'écrivains ; s'est remis à la photographie, presque sans matériel et par hasard. Libère comme faire se peut son temps pour écrire, a donné quatre plaquettes (à paraître) à publie.net : Carnets du Siège, Dire l'hier l'hiver, Comme des rond...

S'identifier pour envoyer des commentaires.