WEBOBJET (ça recommence comme ça), journal d'un an, avec tous les moyens de l'Internet
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Temps Réel
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

WEBOBJET (ça recommence comme ça)

journal d'un an, avec tous les moyens de l'Internet

publie.net

Temps Réel

AideEAN13 : 9782814504646
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
3.49

Un an de journal quotidien. Mais pas de n'importe quel journal : Alain François est artiste plasticien et photographe. Il a 41 ans. Il se donne un an pour une mise en cause complète, retour à l'université, à la lecture.

D'autre part, Alain François est de cette génération des inventeurs du web: il a fondé entre autres Le Portillon[1], important carrefour de création et de critique.

Son journal, nous seront quelques-uns à le suivre par autorisation spéciale. Il s'agit d'un site Internet "sans lien", site auquel rien nulle part n'indique ni ne renvoie, inaccessible si on n'en a pas l'adresse. Une bulle complexe, en expansion permanente, flottant quelque part dans la grande nuit des réseaux.

Pourtant, une seule page html[2], qui se développe, avec des embranchements, des emboîtements, des échanges de courriers, des vidéos et des sons, des récits et des photographies.

Et ce n'est pas non plus une année banale : ce qu'on met en pratique, c'est les arts numériques, et leur théorie, via lecture de Derrida ou Debord, et la constitution du site, en abîme, est l'obet qu'on décrypte à mesure qu'on l'élabore. C'est l'autre dimension parfaitement originale de ce travail : l'ojet du récit, c'est le web lui-même.

Un livre serait possible : c'est la densité du contenu, l'expérience dont il est fait part, qui compte. On pourrait en tourner les pages de façon linéaire, ouvrir les cahiers d'images, lire les notes de bas de page. Ce ne serait pas du tout la bulle initiale.

C'est le pari qu'on fait Gwen Català et l'auteur : le livre numérique, c'est cette invention-là, d'une cavrene qu'on ouvre et qui se déploie, dans toutes les directions, toutes les écritures.

On a voulu ce WEBOBJET dans l'état même où il s'est écrit, l'hiver 2006-2007, avec cette légère patine, et l'écart qui en permet la publication. Mais les noms qu'on y croise sont toujours des plus actifs...

Pour le livre numérique, c'est un pas en avant : dans ce lieu d'invention, il est possible d'écrire à neuf.

FB[3]

S'identifier pour envoyer des commentaires.