Notules dominicales de culture domestique, six ans de journal avec envoi hebdomadaire d’un perecquien notoire
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Point vif
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Notules dominicales de culture domestique

six ans de journal avec envoi hebdomadaire d’un perecquien notoire

publie.net

Point vif

AideEAN13 : 9782814501195
  • Fichier HTML, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
3.49

Commençons par nous adresser aux convaincus : voici, mis au point par l’auteur
lui-même, une sélection (245 pages et 430 000 signes, quand même) de six ans
(2001-2007) de la lettre rituellement reçue chaque dimanche entre 11h50 et
12h00 par les quelques centaines d’abonnés aux _Notules dominicales de la
culture domestique_.

Et un problème Internet : tout est en ligne, il suffit de visiter [les
archives](http://pdidion.free.fr/). C’est aussi l’adresse où on peut
s’inscrire pour les recevoir, quitte à recevoir aussi, chaque premier de l’an,
la demande solennelle de l’envoyeur : – Vous êtes sûrs, vraiment, de vouloir
continuer à les recevoir ?... Et tout aussi rituellement, on confirme.
Problème Internet, parce que l’ensemble que constitue ces 6 ans d’écriture
doit pouvoir être interrogé, désormais, comme texte. Et dans une ergonomie,
feuilletage, recherche, rubriques, qui permette ce qui constitue l’écriture en
littérature : la mise en réflexion du langage par rapport à ce qu’il nomme. Et
c’est bien ceci dont il faut dire un mot...

S’il s’agissait d’une inscription de la vie quotidienne, cela importerait peu.
Internet en est plein. Logique du reflet. C’est de la vieille interrogation du
monde par le langage, qu’il est question, et savoir comment on déploie, chacun
dans son territoire personnel, cour des Guermantes, Yorknapatowpha, ou tel
coin des Vosges avec pharmacie, coiffeurs et collège, plus régulières
échappées parisiennes au voisinage de Georges Perec, ce qu’aucun de nous ne
saurait justifier : la pulsion opiniâtre que ce soit par l’écriture. Internet
alors, ici, un amplificateur, une manière de contrainte supplémentaire avec
questionnement en temps réel.

Quand bien même le prisme de cette vie quotidienne, selon les rubriques
récurrentes des _Notules_ , n’est pas si banal :
il s’agit du journal d’un enseignant de français en collège, la vie de
l’établissement, les scènes de classe, les notes de service, le rapport à
l’inspection, à la hiérarchie, les stages de formation passent ici aux rayons
X : en toute liberté, puisque l’institution ne se sait pas ainsi scrutée,
scriptée ;
on est dans un village des Vosges, le mécanicien a fermé, mais on passera chez
le notaire, le boucher : surtout, on habite, et pour cause (de mariage), la
pharmacie du village, autre marqueur considérable d’époque et de mutations ;
mais l’homme est aussi un perecquien notoire : et même chargé de la rédaction
du _bulletin de l’association des amis de Georges Perec_ , lequel Perec est
cité 47 fois dans ces pages – d’une part, l’approche du réel se fait selon le
_déplacement_ induit par Georges Perec, voir item suivant, mais l’expéditeur
des _Notules_ au moins une fois par mois vient à Paris pour séminaire,
incursions bibliothèques (il étudie la Série noire) et quelques expositions ;
indépendamment de pouvoir, via le texte proposé, être reçu chez Paulette Perec
avec l’auteur, on suivra de près quelques polémiques et empoignades d’une
petite communauté des plus actives du monde littéraire, Perec oblige ;
mais, revenant à Epinal, qu’aurions-nous à faire des résultats systématiques
de l’équipe de foot locale (on assistera aux matches), s’il ne s’agissait pas
d’un compte perecquien ?
et tenir registre des films qu’on voit, des livres qu’on lit, qu’est-ce que
cela enseigne rétrospectivement de la peau du monde ?
mais, revenant à Epinal et alentour, qu’aurions-nous à faire d’un inventaire
de tous les noms d’officines de coiffeurs, s’il ne s’agissait pas d’une
tentative d’épuisement à la Perec ?
mais, revenant à Epinal, comment ne suivrions-nous pas l’auteur dans
l’exploration dominicale systématique de tous les monuments aux morts de son
département, quand l’outil Perec laisse soudain affronter une part d’histoire
?

Tout cela pour dire que je suis très fier que Philippe Didion ait accepté que
ses _Notules_ rejoignent sur publie.net deux ensembles d’écriture pareillement
chargés d’une _humanité_ saisie comme on l’aime, en dureté et tendresse, le
Désordre de Philippe De Jonckheere (si ces 300 pages de Phil n’avaient pas été
téléchargées quelques dizaines de fois, je n’aurais pas proposé à Didion et
Beinstingel de nous rejoindre), et donc, d’ici quelques jours, Thierry
Beinstingel...

[FB](http://www.tierslivre.net)

S'identifier pour envoyer des commentaires.