Intérieur nuit, journal cartographique
Format
Broché
EAN13
9782390081043
ISBN
978-2-39008-104-3
Éditeur
5ème couche
Date de publication
Nombre de pages
28
Dimensions
32,1 x 28,8 x 0,6 cm
Poids
398 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Intérieur nuit

journal cartographique

5ème couche

13.00
«… Au lieu d’une vision à l’exclusion des autres j’eusse voulu dessiner les moments qui bout à bout font la vie, donner à voir la phrase intérieure, la phrase sans mots, corde qui indéfiniment se déroule sinueuse, et, dans l’intime, accompagne tout ce qui se présente du dehors comme du dedans. (…) faisant buisson ici, enlacement là, plus loin livrant bataille, se roulant en pelote ou – sentiments et monuments mêlés naturellement – se dressant, fierté, orgueil, ou château ou tour…» Henri Michaux
Intérieur nuit et Lignes de crêtes forment l’atlas d’un espace introspectif, une cartographie du théâtre du quotidien. Ces deux recueils de dessins proposent l’exploration d’un territoire imaginaire en élaboration.
Chaque page déploie une atmosphère narrative qui est l’amorce d’un récit, dont le titre sert de guide.
Si les registres graphiques varient (tension vers l’abstraction, éléments de réalisme, de grotesque, etc.), l’utilisation d’une seule technique (le crayon graphite) et de thèmes récurrents (se battre, aimer, mourir, dormir, lire, crier, marcher, etc.) assurent la cohérence de l’ensemble. Les scènes absurdes d’Intérieur nuit et de Lignes de crêtes renvoient avec humour au théâtre de notre quotidien.
Cette carte est l’atlas d’un espace introspectif qui renvoie au réel.
Le sous-titre, journal cartographique, rappelle que cette itinérance n’a pas de fin, le dessin se poursuivant sans cesse, lui aussi, au-delà des bords de page : toutes les pages, combinées, forment une vaste mosaïque, un tout qui renvoie aux notions de temps et de mémoire, à l’idée d’architecture mémorielle, propre aux orateurs de l’Antiquité.
La règle mnémotechnique utilisée ici consiste à construire le discours comme une architecture, avec ses chambres. Chacune des pièces contient une image frappante : «il faut aider la mémoire en suscitant des chocs émotionnels à l’aide de ces images frappantes et inhabituelles, belles ou hideuses, comiques ou grossières.» (Frances Yates L’art de la mémoire). Les vues d’ensemble sont des métadessins, qui permettent le survol de l’espace et du temps du périple.
S'identifier pour envoyer des commentaires.