EAN13
9782366661668
ISBN
978-2-36666-166-8
Éditeur
Gascogne
Date de publication
Nombre de pages
568
Dimensions
24 x 15,8 cm
Poids
501 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Émile Cossira

Ténor de l'Opéra de Paris

Gascogne

25.00
Cet ouvrage est l’agenda reconstitué d’un ténor de l’Opéra de Paris qui connut une carrière exceptionnellement longue et brillante durant la Belle Époque. Par son contenu, ce livre se veut également un morceau d’anthologie de l’art lyrique de ce temps considéré comme celui d’une vie agréable et légère.Émile Cossira (Jean-Émile Coussirat, dit…) est né à Orthez (Basses-Pyrénées) le 2 octobre 1854 et mort subitement au cours d’une tournée de représentation d’opérette française à Québec (Canada) le 1er février 1923. Doué d’un organe remarquable dès son plus jeune âge, sa vie d’artiste lyrique débute comme un véritable conte de fée. D’abord pensionnaire de la salle Favart puis de l’Opéra Garnier, il fut l’un des premiers ténors français qui abordèrent les grands rôles wagnériens : Lohengrin, les Maîtres chanteurs de Nuremberg, Tristan et Yseult, Tannhäuser... Ce ne fut pas son seul titre de gloire. Ténor au très large répertoire, il créa, entre autres : L’Ascanio de Saint-Saëns à l’Opéra Garnier (1890), Tristan et Yseult de Richard Wagner au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles (1894), le Duc de Ferrare de Georges Marty et l’Iphigénie en Tauride de Christophe Gluck au Théâtre-Lyrique de la Renaissance (1899). Ce colosse du bel canto aura pour partenaires les plus grandes cantatrices de l’époque et triomphera sur toutes les grandes scènes lyriques internationales : Londres, New York, Milan, Barcelone, Bruxelles, Monte-Carlo, Saint-Pétersbourg, Kiev, le Caire, etc. L’artiste possédait une voix au timbre harmonieux, étendue, qu’il conduisait avec maîtrise. Physionomie franche, nature exubérante, esprit vif, d’humeur un peu batailleuse, mais bon enfant, Cossira possédait un coeur d’or. Il ne refusait jamais à prêter sa merveilleuse voix dans nombre de galas de bienfaisance. En dépit d’une présence permanente à l’affiche des premières scènes françaises et internationales, la réputation du ténor s’éteignit brutalement à la lecture de son épitaphe. Si l’histoire semble ne pas avoir retenu son nom, l’art lyrique français qu’il a dignement servi, peut le compter parmi ses gloires.
S'identifier pour envoyer des commentaires.