EAN13
9791091555777
ISBN
979-10-91555-77-7
Éditeur
Atelier des cahiers
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
350
Dimensions
21 x 14,5 x 3,5 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les 21 du Porthos

Atelier des cahiers

Littératures

24.00
Le 13 décembre 1920 à Marseille, quelques centaines de jeunes Chinois débarquaient du paquebot Porthos en provenance de Shanghai. Parmi eux se trouvaient vingt-et-un Coréens (dont Li Long-Tsi, le père de l’auteur) qui avaient quitté leur pays annexé par le Japon. En Occident, ils espéraient rencontrer la modernité qui, à leurs yeux, avait manqué à la Corée pour ne pas être écrasée par les rivalités des empires de l’Extrême-Orient. Les Vingt-et-un du Porthos retrace quelques-uns de ces destins, de même que celui d’autres Coréens arrivés par d’autres voies dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, et plus longuement la vie de Li Long-Tsi qui, quant à lui, a été conduit à délaisser ses projets de carrière pour finalement faire souche dans la société française. Pour cette recherche, l’auteur n’avait au départ qu’une photo de groupe des vingt-et-un, prise à Paris au lendemain de l’arrivée du bateau, une interview enregistrée sur cassette en 1983 et quelques maigres archives d’autant plus difficiles à déchiffrer que tout cela avait été découvert bien tardivement, après le décès de Li Long-Tsi. L’intérêt récent des Coréens d’aujourd’hui pour la diaspora coréenne du début du vingtième siècle, ravivé par le centenaire de la grande manifestation patriotique du 1er mars 1919 à Séoul, a entraîné d’autres enquêtes. Des noms ont pu être mis sur quelques visages, des parcours de vie sont apparus, ainsi que des amitiés et des séparations. Le livre parle des raisons de l’exil, de la difficulté d’être issu d’un milieu pauvre, de la chance d’avoir le goût d’apprendre. Il montre le bonheur des rencontres amicales ou amoureuses, le drame de voir de loin sa patrie en proie à la guerre, la consolation d’avoir une descendance. Il raconte des vies prises dans l’histoire mondiale et bousculées par les grands enjeux de géopolitique au vingtième siècle. Certaines de ces vies furent prestigieuses, et d’autres modestes, une occasion de s’interroger sur les idées de réussite, de mérite et de transmission. Ce livre devrait rencontrer ceux qui s’intéressent à l’histoire des relations entre Asie de l’Est et Europe, aux parcours d’immigration en France et aux diasporas, mais aussi plus largement il espère toucher ceux qui seront sensibles au récit d’une vie singulière du vingtième siècle. Il pourrait aussi donner lieu à des adaptations pour un public coréen. L’AUTEUR Antoine Li est le cinquième des six enfants que Li Long-Tsi a eus avec Madeleine Koechlin. Né en 1946, il a vécu mai 68 à l’École Polytechnique et s’est réorienté vers l’architecture qu’il a étudiée en Suisse. De retour en France, il s’est alors consacré à inculquer les sciences et les techniques aux futurs architectes. Il est aujourd’hui retraité. Ayant eu l’occasion ces dernières années d’accumuler de nombreuses notes sur la vie de son père comme de ses compatriotes, il a décidé d’en faire un livre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.