EAN13
9782850350931
ISBN
978-2-85035-093-1
Éditeur
L'atelier contemporain
Date de publication
Collection
STUDIOLO
Nombre de pages
160
Dimensions
16 x 11,5 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Résonances

L'atelier contemporain

Studiolo

7.50
Œuvres sans titre, sans auteur, les formes naturelles furent collectées à de nombreuses époques et dans différents lieux du monde. Universelles, elles apparaissent dans la diversité d’usages d’une pluralité de cultures comme les signatures matérielles d’invisibles forces, supports cultuels ou supports de contemplation, traits d’union entre le naturel et le surnaturel, le visible et l’invisible, mais surtout comme l’indice de préoccupations esthétiques.
De l’homme de Néanderthal aux artistes contemporains, ces objets révèlent les rapports sensibles que nous entretenons avec les formes, les matières, et l’imaginaire lié aux substances naturelles. Séduisantes images venues des profondeurs de la terre, énigmatiques sculptures qui furent traces du vent, geste d’eau, leur réunion ouvre sur une interrogation, celle de la fabrication des apparences par le regard humain.
Par notre regard, une masse confuse ou indéfinissable peut prendre forme. Ainsi, sans qu’ils aient été touchés par la main de l’homme, des objets non taillés, non modelés, bois fossile, cristal et liane deviennent matières à rêver. Leurs formes simples où composites semblent nier toute représentation du réel, mais c’est à celui qui les regarde que revient le privilège de leur donner sens. De même, parfois, faute de repères, notre imaginaire investit totalement les objets-témoins de cultures méconnues. Leurs formes revêtaient, à l’origine, une valeur esthétique, symbolique, rituelle ou autre, qui pour nous, demeure fréquemment hermétique; elles ne sont nullement silencieuses et constituent un lieu de mystère que le regard s’essaie à décrypter dans le plaisir des jeux de l’imagination. Ces objets, vestiges de cultures souvent inaccessibles, possèdent un pouvoir d’évocation qui affirme leur présence et force notre intérêt, notre mémoire, voire notre émotion, les faisant ainsi pénétrer dans le jeu des rencontres formelles.
Mais nous pouvons disposer encore plus librement des objets de nature, objets sans auteur, car ils nous offrent un espace sans l’affirmation d’un acte créatif autonome. L’absence de repères marque ici l’absence de support dialectique : peu nous importent les circonstances au cours desquelles ces éléments érodés, polis, patinés ou amalgamés se sont transformés en objets. Leur existence dépend d’un rapport profond avec celui qui les choisit, le regard du collecteur-collectionneur devenant l’acte essentiel, acte de création. C’est lui qui fonde ou qui annihile le pouvoir même de l’objet. Tout est lié à la qualité du regard, au rapport d’éligibilité qui s’établit. Sans doute faut-il quelque attention ou une capacité à être en état de fascination pour pénétrer ces pièces dont la densité et l’opacité font obstacle à une découverte facile et instantanée. C’est à celui qui les regarde qu’il convient de conquérir une expérience exceptionnelle.
Ainsi ces objets permettent-ils de s’interroger sur les fondements de nos choix esthétiques – il n’est pas de regard pur ou objectif – et sur la genèse des œuvres d’art.
Que l’on considère les objets de nature comme étant en deçà ou au-delà de toute notion d’art, leur singularité en demeure saisissante: ils ne gênent nullement la spéculation esthétique, ils la stimulent. Dès lors qu’ils sont choisis, ramassés, donc déviés, pour pénétrer soit dans l’univers du sacré comme chez certains peuples d’Afrique ou d’Asie, ou dans le monde profane des collectionneurs, leur existence première trouve une autre nature.
La diversité de ce type d’objets est sans limite. Il ne s’agit pas pour l’auteur de cet ouvrage d’établir un inventaire ou d’esquisser un panorama des objets de nature présentant quelque intérêt formel, ou suscitant la curiosité. Yves Le Fur se propose non pas de les isoler dans un hypothétique univers de « formes absolues », mais de les situer par rapport à notre regard sur les œuvres d’art.
Les « œuvres » dont il est question ici ont acquis une dimension poétique ou spirituelle. N’est-ce pas notre vocation la plus secrète, transgresser les limites du définissable pour accéder peut-être, à l’intemporel ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.