L'oeil de l'esprit
EAN13
9782021011296
ISBN
978-2-02-101129-6
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
COULEUR IDEES
Nombre de pages
288
Dimensions
24 x 15 x 2 cm
Poids
456 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
616.8
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'oeil de l'esprit

De

Traduit par

Le Seuil

Couleur Idees

22.80

Autre version disponible

Oliver Sacks évoque ici des personnes qui parviennent à se déplacer dans le monde et à communiquer avec autrui bien qu'elles aient perdu des aptitudes que beaucoup d'entre nous tiennent pour indispensables : la perception tridimensionnelle de l'espace, la capacité de reconnaître les visages, la possibilité de lire, le sens de la vue… Pour tous, le défi à relever consiste à s'adapter à un mode d'être totalement différent.Il y a Lilian, pianiste de concert qui devient incapable non seulement de lire la musique, mais même de reconnaître les objets quotidiens ; Sue, neurobiologiste qui n'a jamais vu en trois dimensions avant d'acquérir soudain, à plus de cinquante ans, une vision stéréoscopique ; Howard, romancier prolifique qui parvient à continuer à écrire après l'accident vasculaire cérébral qui lui a ôté la possibilité de lire ; il y a enfin le Dr Sacks lui-même, qui raconte l'histoire de son propre cancer oculaire et décrit les effets déconcertants de sa perte de la vision de l'œil droit.L'Œil de l'esprit témoigne de la complexité de la vision et du cerveau tout autant que de la force de la capacité humaine d'adaptation. Il nous montre comment, à partir de la perception, le cerveau organise une vision cohérente et intelligible, comment cette construction peut être perturbée, et comment pourtant, même alors, on peut continuer à vivre, voire explorer des mondes nouveaux.Oliver Sacks est médecin ; il est l'auteur de dix livres, notamment L'Éveil, dont l'adaptation cinématographique fut plusieurs fois nominée aux Oscars, L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau et Musicophilia. Il vit à New York, où il enseigne la neurologie et la psychiatrie, notamment à l'université Columbia, dont il est devenu le premier – et le seul – « artiste universitaire ». On peut en savoir plus sur son travail en visitant son site www.oliversacks.com.Traduit de l'anglais par Christian Cler.

S'identifier pour envoyer des commentaires.