EAN13
9782957913305
ISBN
978-2-9579133-0-5
Éditeur
CHERES PROVINCE
Date de publication
Nombre de pages
242
Dimensions
21 x 14,8 cm
Poids
200 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les poètes bas-normands

Morceaux choisis

Cheres Province

25.00
Avec une préface de Lucie Delarue-Mardrus et les biographies des auteurs disparus, par Éléonor Daubrée et Jean-Louis VaneilleJulia Abbadie, Jules Barbey d’Aurevilly, Louise Bailleul, Jean Barbaroux, Maurice Canu-Tassilly, Eugène Crespel, Eléonor Daubrée, Aristide et Charles Frémine, Auguste Pierre Garnier, Eugène Guilmard, Rémy et Jean de Gourmont, Paul Harel, Louis Lansonneur, Eugène Le Mouël, Wilfrid Lucas, Albert Lucas de Longprey, Joseph Mague, Renée Mauger-Kauffmann, Maurice Nonet, Joseph Polin, Léon Robine, Étienne de Saint-Denis.La Normandie, pays des pommes, est aussi le pays des cathédrales, et aussi le pays des poètes.Pommes, cathédrales et poèmes y sont au même titre un produit du sol ; car je tiens les humains pour beaucoup plus végétaux qu’on ne croit, et suis persuadée que c’est le climat de chez nous qui suscitales maîtres-d’œuvre du Moyen Âge et les inspirés d’aujourd’hui, tout aussi facilement qu’il met des corbeilles de noces aux branches tortes dont s’ombragent nos prés, dès que le printemps s’en mêle.Le recueil que voici nous montre une parenté certaine entre les poètes de l’ancien duché. Trois éléments y reviennent sans cesse : la nostalgie du passé, l’orgueil atavique de la descendance viking, la mélancolie native de la race.Ceux que nous appelons en Normandie les horsains, c’est-à-dire les étrangers, – c’est-à-dire les touristes, hélas ! – imaginent notreprovince comme une contrée simplement réaliste et matoise, sans riensavoir de nos mystères, lesquels sont justement si nuancés qu’ils échappent à leur regard superficiel.À ceux-là, laissons la Normandie mondaine et ses plages carnavalesques ; laissons-leur la Normandie des routes nationales où leurs autosse dépêchent d’aller nulle part. Gardons pour nous les chemins creuxinterdits aux pneus détestables, avec leurs petites fermes moisies où la vie, aristocratiquement retardataire, conserve à nos gens leur personnalité si farouchement marquée, les met à l’écart de l’envahissante banalité dont la marée, en même temps que celle du progrès, finira bien par submerger le monde.
S'identifier pour envoyer des commentaires.