Joséphine Marchand et Raoul Dandurand, Amour, politique et féminisme
Éditeur
Éditions du Boréal
Date de publication
Collection
Biographie
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Joséphine Marchand et Raoul Dandurand

Amour, politique et féminisme

Éditions du Boréal

Biographie

Non commercialisé sur notre site
Cette biographie a ceci de particulier qu’il s’agit de la biographie d’un
couple. Ils sont nés la même année, en 1861, tous deux de parents férus de
politique. Ils se sont admirés avant de s’aimer, beaux, cultivés, bilingues, «
réseauteurs habiles », ambitieux, généreux et, au-delà de tout, compagnons de
route soudés autour d’un même projet : faire avancer le Canada français dans
des domaines aussi variés que les arts, la culture, la langue, l’éducation, la
diplomatie, les droits des femmes et des minorités. Joséphine, femme de
lettres, fonde en 1893 Le Coin du feu, la première revue destinée aux femmes.
Elle s’engage dans les toutes premières luttes féministes et se bat pour
l’éducation des femmes. Militante culturelle, elle crée « L’Œuvre des livres
gratuits » pour la diffusion de la lecture et se bat pour le développement des
arts et la défense de la langue française. Raoul, organisateur politique des
libéraux puis sénateur, est un conseiller privilégié de plusieurs premiers
ministres. Diplomate, il s’illustre à la Société des Nations pour la défense
des minorités et de la paix. Défenseur de l’autonomie du Canada par rapport à
l’Empire britannique, il est considéré comme le père de la diplomatie
canadienne. En puisant abondamment dans le journal de Joséphine et dans les
mémoires de Raoul, ainsi que dans la correspondance qu’ils ont échangée, Marie
Lavigne et Michèle Stanton-Jean tressent l’histoire de deux vies qui défie
l’image que l’on se fait souvent des couples anciens. Elles n’hésitent pas à
affirmer que Joséphine a été aussi diplomate que Raoul a été féministe. Chez
eux, l’antique notion de devoir est remplacée par celles de plaisir et
d’accomplissement, plaisir de retrouver en l’autre une complicité
irremplaçable, d’escalader la vie à deux, de voir ses idées et ses idéaux
triompher.
S'identifier pour envoyer des commentaires.