Des grandes écoles et de la littérature dans la Gaule romaine
Éditeur
Editions Homme et Litterature
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Des grandes écoles et de la littérature dans la Gaule romaine

Editions Homme et Litterature

AideEAN13 : 9782491962296
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
4.99

Un jour que Cicéron voulait consoler son frère Quintus, qui gémissait de
rester si longtemps maintenu dans son gouvernement d’Asie, il le félicitait du
moins de n’avoir pas été envoyé chez des peuples « barbares et sauvages »
comme les Espagnols, les Africains ou les Gaulois. Il ne se doutait guère, en
écrivant ces mots, que c’était dans cette Gaule inculte, dans les montagnes de
Bibracte ou sur les bords du fleuve Océan, qu’il trouverait quatre siècles
plus tard ses plus fidèles imitateurs. C’est pourtant ce qui est arrivé...
Lorsque l’on étudie l’histoire de la littérature latine et les six siècles de
son existence, on reconnaît en cette longue période de vie quatre âges
successifs correspondant à chacune des grandes nations qui composèrent
l’empire d’Occident. On voit le sceptre littéraire passer tour à tour de
l’Italie à l’Espagne, de l’Espagne à l’Afrique et de l’Afrique à la Gaule :
c’est l’ordre même suivant lequel s’est fondé le domaine occidental de la
ville éternelle. On dirait qu’au toucher de l’épée romaine le sol jusqu’alors
le plus infertile se transforme en une terre féconde, où peuvent désormais
germer et s’épanouir les lettres comme les arts. Puis un jour vient où, par un
juste retour, chacun des peuples conquis rend à son conquérant ce qu’il en a
reçu. Quand l’Italie est épuisée, les races vaincues apportent à l’empire leur
contingent d’orateurs, de jurisconsultes et de poètes, de généraux et
d’empereurs : Rome prélève sur elles du génie, de même que des tributs et des
soldats...

S'identifier pour envoyer des commentaires.