L' ADN fossile, une machine à remonter le temps, Les tests ADN en archéologie
Éditeur
Odile Jacob
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L' ADN fossile, une machine à remonter le temps

Les tests ADN en archéologie

Odile Jacob

AideEAN13 : 9782738154248
  • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
    Impression

    256 pages

    Partage

    6 appareils

    Copier/Coller

    Impossible

17.99

Autre version disponible

Cuvier reconstituait un squelette à partir d’une dent. Deux siècles plus tard,
sur la base d’un minuscule fragment d’os, et grâce à des méthodes génétiques
de pointe, la découverte de l’homme de Denisova bouleverse le lignage humain
en lui ajoutant une espèce qui ne survit que par les traces laissées dans
notre ADN. La paléontologie et l’archéologie sont devenues moléculaires. Plus
fort que Jurassic Park, où le passé revit dans la fiction, avec le séquençage
de l’ADN, la paléogénétique s’est inventé une vraie machine à remonter le
temps, inaugurant un extraordinaire voyage scientifique. Ludovic Orlando en
est un pionnier. Son livre montre comment la génomique, grâce aux progrès
fulgurants de la génétique, jette un éclairage inédit sur l’évolution de
l’homme — ses migrations, ses sociétés et même ses langues —, mais aussi sur
les grandes épidémies du passé, l’évolution du cheval et sa domestication, la
naissance de l’agriculture, etc. C’est passionnant comme un roman policier :
on résout des énigmes, de l’origine de la tortilla au mystère de l’extinction
du mammouth et de l’ours des cavernes. C’est politique, aussi : déconvenue des
suprémacistes blancs apprenant que l’homme de Cheddar, ancêtre emblématique
des Britanniques, avait la peau noire ; usage biaisé de données génétiques
contre les Palestiniens ; révélations sur un guerrier viking qui se révèle
avoir été… une femme. Avec la paléogénomique, science d’avenir révélant un
passé qui a des enjeux pour le présent, Ludovic Orlando nous entraîne dans une
aventure scientifique éblouissante, aux confins du monde et dans la profondeur
des temps. Ludovic Orlando est docteur en paléogénétique, directeur de
recherche au CNRS, et dirige le centre d’anthropologie et de génomique de
Toulouse à l’université Paul-Sabatier. Il est l’auteur du séquençage du plus
ancien génome connu à ce jour, a été le premier à caractériser un épigénome
ancien et à reconstituer l’histoire génomique de la domestication du cheval.
Jean Guilaine est professeur émérite au Collège de France, spécialiste du
Néolithique.

S'identifier pour envoyer des commentaires.