EAN13
9791030005820
ISBN
979-10-300-0582-0
Éditeur
Presses Universitaires de Bordeaux
Date de publication
Nombre de pages
160
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'art brut, objet inclassable ?

Presses Universitaires de Bordeaux

30.00

Depuis 2013 et leur inclusion au sein de la Biennale de Venise, le monde de l'art s'intéresse de près aux œuvres d'artistes marginaux ou autodidactes que Jean Dubuffet, à partir de fin des années 1940, a rassemblées dans une catégorie énigmatique : « l'art brut ».
Cependant, ce net regain d'intérêt s'accompagne d'interrogations persistantes sur le bien-fondé et la cohérence de cette notion. Ce volume, qui rassemble les Actes du colloque qui se tint à l'Université Bordeaux Montaigne et au Musée de la Création Franche les 4 et 5 octobre 2018, sans prétendre clore le débat, offre une série de mises au point indispensables.
On y croisera de grandes notions - auteur, création, institution, objet, réception, performance - mais aussi l'incontournable Jean Dubuffet, le surréaliste André Breton, les philosophes Arthur Danto et Henri Maldiney, les psychiatres Hans Prinzhorn et François Tosquelles, ou encore le visionnaire « faiseur d'expositions » Harald Szeemann. Sans oublier les artistes mis à l'honneur au fil des pages dans les textes et les riches illustrations de l'ouvrage : les vastes panoramas d'Henry Darger répondant au lyrisme d'Aloïse et à la minutie d'Adolf Wölfli, les assemblages de Franco Bellucci aux séries d'Heinrich Reisenbauer, et les poupées de Michel Nedjar aux anatomies de Lubos Plny.
En se situent à la croisée des disciplines - philosophie, histoire de l'art, psychiatrie, littérature, ou encore anthropologie - et au contact direct des productions dites brutes, cet ouvrage tente donc d'apporter un éclairage plus rigoureux, voire démystificateur, sur les discours qui entourent ces productions, en se demandant également comment ces dernières semblent nous forcer à revoir certaines idées préconçues, et à déplacer notre regard.
Sous la bannière controversée de l'art brut, elles constituent un détour révélateur pour interroger la nature et le pouvoir de l'art. À l'heure où les institutions et le marché de l'art s'emparent de cette valeur « brute », un tel détour paraît salutaire.
"

S'identifier pour envoyer des commentaires.