Marx : la formation du concept de force du travail
Éditeur
Presses universitaires de Franche-Comté
Date de publication
Collection
Annales littéraires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marx : la formation du concept de force du travail

Presses universitaires de Franche-Comté

Annales littéraires

AideEAN13 : 9782848677521
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
5.99

Autre version disponible

Marx considère le concept de « force de travail » comme un élément crucial de
sa critique de l’économie politique, le concept étant indissociable de celui
de survaleur. Il estime qu’en parlant de « prix du travail », faute d’avoir su
distinguer le travail et la force de travail, l’économie politique classique
s’est enfermée « dans des errements et des contradictions insolubles ». Sur
cette confusion conforme aux représentations communes, reposent d’après lui «
toutes les mystifications du mode de production capitaliste, toutes ses
illusions de liberté ». À travers ce qui semble n’être qu’une simple question
de mots, se trouvent ainsi en jeu des implications théoriques, idéologiques et
politiques d’importance. Mais loin d’être acquis d’emblée, le concept de «
force de travail » ne parvient à sa formulation explicite chez Marx qu’au
terme d’une appropriation critique du discours des économistes qui s’étend sur
une quinzaine d’années. Envisager au plus près des textes, des Manuscrits de
1844 au Capital, le travail théorique (avec ses hésitations) à travers lequel
s’élabore ce concept, c’est, en adoptant un angle privilégié, restituer le
mouvement qui conduit d’une critique philosophique fondée sur la notion de
travail aliéné à la théorie proprement marxienne du mode de production
capitaliste. C’est d’autre part, se donner les moyens de saisir l’enjeu des
débats que le concept de force de travail suscite aujourd’hui encore parmi les
philosophes et les économistes.

S'identifier pour envoyer des commentaires.