Instituteurs avant la République, La profession d’instituteur et ses représentations de la monarchie de Juillet au second Empire
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Éducation et didactiques
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Instituteurs avant la République

La profession d’instituteur et ses représentations de la monarchie de Juillet au second Empire

Presses Universitaires du Septentrion

Éducation et didactiques

AideEAN13 : 9782757421925
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
12.99

Autre version disponible

En utilisant essentiellement des sources de type biographique, à côté d’autres
matériaux historiographiques, ce livre décrit la vie et la pensée des
instituteurs au moment le moins connu de leur histoire, celui qui précède la
Troisième République. Ce faisant, il cherche à saisir l’émergence d’une
profession, en entendant par là non pas d’abord le « métier » tel qu’il
s’exerce entre les murs de l’école, mais une corporation telle qu’elle cherche
à exister dans la vie sociale en formulant des espérances, en affirmant des
valeurs et en offrant des images idéales d’elle-même. Les instituteurs du xixe
siècle apparaissent donc ici sur le fond des rapports sociaux dans lesquels
ils ont dû négocier les quatre composantes principales de leur existence
collective : leur position, leur fonction, leur statut et leurs finalités. En
évitant la célébration nostalgique et les stéréotypes courants qui y sont
associés, on découvre ainsi que, bien avant les fameux « hussards noirs » de
Jules Ferry, il y a eu dans la corporation des instituteurs une élite aisée,
dynamique, qui, parvenant à s’approprier ou à créer tout un univers de culture
et d’identité professionnelles, a progressivement entraîné la grande masse des
maîtres d’école à conquérir la dignité, le prestige même, qui vivent
aujourd’hui encore dans la mémoire nationale.

S'identifier pour envoyer des commentaires.