Contes espagnols d'amour et de mort
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Contes espagnols d'amour et de mort

La Gibecière à Mots

AideEAN13 : 9782374637754
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
1.99

**Vicente Blasco Ibanez** (1867-1928)

"Les habitants de Benimuslin furent stupéfaits de la nouvelle.

Le père Sento se mariait ! lui, un des notables du village, le plus important
contribuable du district ! Et la fiancée, c’était la belle Marieta, fille d’un
charretier, ayant pour toute dot sa frimousse brune, son sourire aux
gracieuses fossettes, ses immenses yeux noirs, qui semblaient dormir sous les
longues paupières, entre deux torsades de cheveux, drus et brillants, qui lui
couvraient les tempes.

Plus d’une semaine, cette nouvelle mit en émoi la tranquille bourgade, qui,
dans son vaste horizon de vignes et d’oliviers, dressait ses toits sombres,
ses murs d’une blancheur éblouissante, son campanile au bonnet de tuiles
vertes et sa haute tour mauresque carrée et rouge dont la couronne de
créneaux, rompus ou ébréchés, se détachait sur le bleu du ciel.

Il devait être féru d’amour, le père Sento, pour violer ainsi toutes les
coutumes. Avait-on jamais vu un homme si riche, possédant le quart de la
contrée avec plus de cent outres de vin dans sa cave, cinq mules à l’écurie,
épouser une fille qui, dans son enfance, maraudait dans les jardins ou
travaillait chez les bourgeois pour sa nourriture !

Ce n’était qu’un cri. Si Mâame Tomasa, première femme de Sento, sortait de sa
tombe ; si elle voyait sa grande maison de la rue Mayor, ses champs, sa
superbe chambre à coucher, sur le point d’appartenir à cette morveuse, qui
autrefois lui demandait du pain, que dirait-elle !"

Recueil de 22 histoires écrites dans sa jeunesse.

S'identifier pour envoyer des commentaires.