Les Protestants et la création artistique et littéraire, (Des Réformateurs aux Romantiques)
Éditeur
Artois Presses Université
Date de publication
Collection
Lettres et civilisations étrangères
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Protestants et la création artistique et littéraire

(Des Réformateurs aux Romantiques)

Artois Presses Université

Lettres et civilisations étrangères

AideEAN13 : 9782848324357
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
8.49

Autre version disponible

L’objet du colloque organisé les 21 et 22 octobre 2004 à l’Université
d’Artois, dont les actes sont ici présentés, fut de saisir la légitimité de
toute forme de création dans le monde protestant. Créer de nouvelles formes en
matière artistique, produire de nouveaux sons et de nouvelles harmonies,
imaginer de la fiction littéraire, n’était-ce pas sacrilège et démarche
blasphématoire aux yeux de protestants qui se référaient à l’interdit du
Décalogue : « Tu ne feras pas de statue... » (Ex, 20-4) ? Les protestants
surent contourner cet interdit et développèrent une création artistique et
littéraire multiforme tant dans le domaine de la poésie, du théâtre et des
lettres que dans celui de la musique. Musique sacrée bien sûr avec Johann
Sebastian Bach et la création hymnologique, mais aussi musique des Romantiques
allemands du XIXe siècle. L’interdit divin, les artistes protestants le
contournèrent également dans le domaine de la création picturale. L’exercice
fut ici plus délicat, les protestants ayant montré à maintes reprises leur
rejet de ce genre artistique par de violentes manifestations iconoclastes.
Eugène Devéria au XIXe siècle et les auteurs de « Vanités » protestantes du
XVIIe siècle apportèrent la preuve qu’on pouvait conjuguer Réforme et peinture
mais toujours en s’interrogeant sur la légitimité de cette création.
Interrogation qu’on retrouve d’ailleurs dès le début du XVIe siècle dans la
pensée des premiers grands Réformateurs. En définitive, les participants au
colloque des 21 et 22 octobre 2004 de l’Université d’Artois montrèrent que le
protestantisme n’était sans doute peut-être pas « une théologie vidée
d’esthétique ».

S'identifier pour envoyer des commentaires.