L'Attente – La Clôture
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Attente – La Clôture

Gallimard

Blanche

AideEAN13 : 9782072225796
  • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
    Impression

    Impossible

    Copier/Coller

    Impossible

    Partage

    6 appareils

    Lecture audio

    Impossible

9.49

Autre version disponible

Deux personnages parlent tout seuls. De cette mère, de ce veuf, on entend la
voix sourde, la parole rythmée tantôt par la peur, tantôt par l'angoisse de la
solitude, tantôt par la fureur des passions. L'Attente : une femme âgée, se
prenant elle-même au jeu, feint, comme chaque soir, d'attendre pour le dîner
le retour de son fils, mort d'un accident de moto il y a des années. Divorcée,
elle a la nostalgie de ce temps où elle vivait seule avec lui, étrangement
complice de ses amours et, à la fois, jalouse des filles qui risquaient de lui
enlever le jeune homme. Nullement 'mère abusive' pourtant, mais toujours
coquette et féminine, ce sont des confidences sur sa propre vie de femme qui,
par bribes, si insolites que soient ces rapports avec le fils perdu, se mêlent
aux souvenirs de leur vie à deux, que rien, depuis, n'est venu combler. La
Clôture, second volet du même drame de la nostalgie amoureuse, fait parler un
vieil homme dont l'épouse, Marie, est morte d'un cancer. Inconsolable, il
s'est barricadé chez lui au milieu de ses souvenirs. S'il craint d'être
agressé par d'éventuels assassins du genre de Landru ou Weidmann qu'il évoque
avec terreur, c'est que la pire agression est pour lui le souvenir d'un
rayonnant bonheur : la disparition de l'être cher l'en exclut désormais pour
toujours. L'écriture précise et réservée de Jacques Borel – prix Goncourt 1965
pour L'Adoration, premier volet d'une œuvre autobiographique, suivi en 1970
par Le Retour et en 1973 par La Dépossession, poignante relation du long
internement de la mère – fait admirablement adhérer chaque lecteur à ces deux
confidences où nous risquons tous de nous reconnaître.

S'identifier pour envoyer des commentaires.