Algérie : Procès d'un système militaire, L’armée appartient-elle au peuple ou est-ce le peuple qui appartient à l’armée ?
Éditeur
VA Press
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Algérie : Procès d'un système militaire

L’armée appartient-elle au peuple ou est-ce le peuple qui appartient à l’armée ?

VA Press

AideEAN13 : 9782360930838
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
8.99

Comment l’Algérie qui a défié la puissance coloniale française a-t-elle pu
sombrer dans le chaos des années 1990 ? Pour répondre à cette question, il
faut remonter le temps pour situer la dérive : celle de la primauté du
militaire sur le politique et la confiscation de l’indépendance par l’armée
des frontières. Le coup d’État contre le GPRA, durant l’été 1962, ouvre une
série de violences dont a été victime la volonté populaire et la véritable
légitimité historique.

L’armée des frontières, qui prendra le pouvoir, étouffe alors la vie
politique, fait taire les divergences, écarte les récalcitrants et élimine les
opposants. C’est ainsi que les véritables héros de la Révolution algérienne
seront emprisonnés, exilés ou assassinés. Leurs noms seront bannis de
l’histoire officielle, laquelle sera dédiée à la gloire des nouveaux maîtres
d’Alger.

Mais la société évolue et les contradictions feront éclater le vernis qui
cachait la triste réalité algérienne. Le modèle socio-économique et politique
n’arrivait plus à contenir les aspirations des masses à plus d’égalité, de
liberté et de bien-être social et implosera en octobre 1988.

La révolte du peuple sera détournée à des fins de luttes de clans et de
recomposition du régime, au prix de répression et de privation. Le noyau dur
du système, l’armée, fera sombrer le pays dans le chaos et la guerre civile.

C’est désarmé et résigné que le peuple assiste le 29 juin 1992 à l’exécution
en direct sur la télévision du président Mohamed Boudiaf, l’un des pères de la
révolution algérienne. Cet assassinat politique finira par enlever tout crédit
à l’armée qui prétendait sauver le pays du projet moyenâgeux des islamistes et
plongera le pays dans l’épisode le plus sombre de son histoire contemporaine.

Ce livre expose la généalogie du pouvoir militaire en Algérie en allant vers
ses origines historiques, politiques, sociologiques. Les événements seront
jugés importants en fonction de leur apport pour expliquer la primauté du
militaire sur le politique et la cristallisation d’un noyau dur formé de
militaires. Pour ce faire, le livre interroge le peuple, sa mémoire, ses
témoins et ses victimes. La structure du livre conduit enfin à diagnostiquer,
à analyser, à faire témoigner qu’à chaque étape de l’histoire contemporaine,
d’autres manières de penser et d’agir existaient, mais étaient réprimées. Tout
cela plaide pour une meilleure compréhension du phénomène de changement
politique en Algérie et la nécessité de passer d’un régime militaire à un État
civil.

S'identifier pour envoyer des commentaires.