Le luxe de l’imitation, Les trompe-l’œil de la fin de la République romaine, mémoire des artisans de la couleur
Éditeur
Publications du Centre Jean Bérard
Date de publication
Collection
Collection du Centre Jean Bérard
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le luxe de l’imitation

Les trompe-l’œil de la fin de la République romaine, mémoire des artisans de la couleur

Publications du Centre Jean Bérard

Collection du Centre Jean Bérard

AideEAN13 : 9782380500059
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
16.99

Autre version disponible

L'art décoratif qui émerge à la fin de la République romaine sous la forme du trompe-l'œil architectural est fascinant par le niveau de technicité mis en œuvre pour représenter un espace tridimensionnel ; il frappe aussi par la richesse des couleurs et des matériaux feints distribués savamment à la surface des murs. La mimèsis y est une composante majeure : représenter l'architecture... certes, mais laquelle ? Inspirés à coup sûr de divers répertoires - décors de théâtre, édifices hellénistiques - les trompe-l'œil tardo-républicains puisent aussi dans l'univers sacré. En témoignent les marbres polychromes imités à profusion ainsi que la multiplication des matériaux précieux, bois rares, métaux brillants, ivoire, écaille de tortue, pierres précieuses, textiles lourds ou verre translucide qui contribuent aussi à conférer à ces décors une atmosphère de luxe et d'exotisme. Suivant qu'ils sont destinés à un public de clientes, d'amici ou à la sphère privée, ces décors semblent marqués par une série de différenciations tant sur le choix de la composition à plusieurs plans de profondeur ou au contraire limitée à un relief minimal, que sur le choix des matériaux représentés. Leur analyse permet donc d'entrevoir une cartographie des tendances et de leur signification, offrant un premier niveau de lecture sociale de ces peintures. La présence de traces matérielles qu'elles portent, incrustées dans l'enduit ou visibles à la surface de la couche picturale, en offre un second : des marques d'outils, de gestes et de procédés picturaux. ou encore la distinction de plusieurs mains pour la réalisation d'un même motif nous informent sur les méthodes et l'organisation des artisans à l'œuvre. C'est à l'analyse du langage imagé et du discours matériel de ces parois qu'est consacré ce livre.

S'identifier pour envoyer des commentaires.