Ambroise Paré, Le chirurgien des rois et le roi des chirurgiens
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ambroise Paré

Le chirurgien des rois et le roi des chirurgiens

Geste Éditions

AideEAN13 : 9791035308452
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
17.99

Autre version disponible

Cet ouvrage contribue à la postérité du célèbre chirurgien dont la longévité incroyable et le talent lui ont permis de soigner six rois de France.
Il n'est pas besoin de forcer le trait pour faire un roman de la vie d'Ambroise Paré. Cet enfant de Laval, fils d'un modeste coffretier, deviendra barbier, puis chirurgien de guerre, et enfin premier chirurgien du royaume. Il côtoiera six rois de France, aura une vie extraordinaire, d'une longévité remarquable pour l'époque, proche du siècle, et quel siècle, celui de la Renaissance ! Mais sa vie aventureuse, les événements majeurs auxquels il va participer, et les personnages qu'il va côtoyer, ne doivent pas nous faire oublier qu'Ambroise était un praticien hors pair, qui donna à la chirurgie ses lettres de noblesse et lui fit faire d'énormes progrès. Ses découvertes telles que les ligatures vasculaires, la prise en charge des plaies par armes à feu, pour ne citer que celles-là, restent parmi les avancées décisives de la médecine. D'autre part, Ambroise, tout au long de sa vie, mit un acharnement tout particulier à prendre en charge les cas les plus difficiles et les plus désespérés, et ce sans préjuger de la condition de ses patients, ni de leur rang, ni de leur fortune. Il reste à cet égard un exemple sur le plan éthique pour notre profession. Enfin, rappelons qu'il fut le premier à rédiger des livres de médecine en français, les rendant ainsi accessibles à tous, délaissant le latin de rigueur à l'époque.
Découvrez la vie et l'oeuvre médicale d'Ambroise Paré par les mots d'un de ses proches, Étienne Jodelle.
EXTRAIT
Quand j'écris ces lignes, j'avoue que j'ai du mal à imaginer que cet enfant, c'était moi. Les matrones qui assistaient à l'accouchement en étaient bouche bée, n'ayant jamais vu une telle manœuvre, elles songèrent toutes qu'il y avait là quelque sorcellerie. Quoi qu'il en soit, en marmonnant entre elles, elles s'occupèrent de mon sort, coupèrent le cordon, à quatre doigts de mon nombril, et le gardèrent précieusement pour en faire commerce par la suite. Ambroise, quant à lui, ne s'intéressait guère à moi. Encore tout esbaudi d'avoir réussi cette extraction, il essayait de réconforter ma mère dont la survie lui paraissait bien plus importante que la mienne. Ce sont encore les matrones qui assistèrent l'expulsion de la secondine, qui fut par la suite enterrée selon la tradition. Enfin elles me nettoyèrent avec un mélange de rose pilée, de miel et de sel, toutes mixtures souveraines, selon elles, pour « resserrer la peau des enfants ». Si j'avais échappé à toutes ces précautions je ne sais pas si ma peau serait flasque et mollassonne, mais toujours est-il que l'on me trouve plutôt bonne mine depuis cette époque, probablement grâce aux bons soins de ces dames. En tout cas j'avais échappé aux crochets et au découpage in utero et je devais cela au génie d'Ambroise.
À PROPOS DE L'AUTEUR
Né en 1957, Yves Aubard est professeur de gynécologie au CHU de Limoges.
Dans ce nouvel ouvrage, il nous emmène du nord au sud de l'Europe pour vivre les grands événements de cette période: la première « guerre sainte» en Espagne et la fondation d'un nouveau royaume d'Angleterre. Ses héros limousins seront encore sur tous les fronts...

S'identifier pour envoyer des commentaires.