Au temps de la Nouvelle France, Roman historique
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Au temps de la Nouvelle France

Roman historique

Geste Éditions

AideEAN13 : 9791035308438
  • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
17.99

Autre version disponible

**Autochtones et colons français se mêlent, tout comme le font fiction et
réalité dans ce roman sur la Nouvelle France.**

Cet ouvrage s’inscrit dans cette atmosphère de fondation d’un nouveau monde.
Ce roman exprime la frénésie commerciale engendrée par la vogue du chapeau de
castor et son influence sur la géopolitique de l’époque. La lutte pour la
maîtrise de la traite des fourrures a entraîné de tragiques conflits entre
tribus indigènes. Voici donc l’histoire de personnages vraisemblables, mais
imaginaires, vivant des aventures possibles dans un cadre historique très
présent. En 1633, le Nouveau Monde a la vie particulièrement rude. La
convoitise de la fourrure du castor suscite un véritable délire commercial qui
bouleverse les échanges et les relations entre nations indigènes. Son poil
court, au plus près de la peau, sert à fabriquer un excellent feutre qui
permet d’obtenir de magnifiques chapeaux particulièrement résistants. Il en
résulte un féroce affrontement pour la maîtrise de ce trafic face aux
Européens.

**Embarquez pour un voyage épatamment bien documenté vers le Canada du XVIIe
siècle !**

EXTRAIT

Dans une taverne de Dieppe, Josué Croulebarbe, dit Le Taiseux, sirotait
silencieusement sa dernière moque de cidre. Comme bon nombre des buveurs qui
se trouvaient là, chantant trop haut et s’interpellant bruyamment, il n’allait
pas tarder à embarquer sur l’un des trois vaisseaux de Samuel de Champlain,
qui prenait la mer ce 23 mars 1633 pour la Nouvelle-France. Depuis plusieurs
jours, il participait à leur chargement. Ces navires, le Saint-Pierre, le
Saint-Jean et le Don-de-Dieu, l’impressionnaient. Surtout ce dernier sur
lequel il devait naviguer jusqu’au Nouveau Monde et qui lui causait une
légitime appréhension. Homme bien enraciné dans sa terre briarde du Meldois,
il tentait d’oublier son appréhension face aux effrayants dangers de la mer.
Un proverbe les lui rappelait : Si tu vas en guerre, prie une fois, si tu vas
en mer, prie deux fois.
Forgeron huguenot, il serait bien seul parmi ces deux cents volontaires pour
l’inconnu. Il s’agissait d’hommes exerçant des métiers indispensables à la
colonisation, ou bien de soldats pour la défense des implantations, ou encore
de quelques « filles à marier » afin de concevoir l’avenir, tous certainement
bons catholiques. Des robes noires, les pères Jésuites Jean de Brébeuf et
Ennemond Massé, accompagnaient aussi Champlain, le vieux fondateur de la
Nouvelle-France. Un décret royal de 1627 réservait la Nouvelle-France aux
seuls catholiques mais acceptait certaines exceptions. Toutefois, le mariage
et les cérémonies religieuses étaient interdits aux protestants.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Michel Lecourt** : Des racines qui plongent pour moitié, mais profondément,
dans la terre bretonne, où l’auteur voit le jour. Au sein d’une association,
il accompagne les chômeurs dans leur recherche d’emploi.

Il participe activement à la vie de son village au sein du conseil municipal
(maire adjoint).

Ses romans et ses nouvelles dévoilent sa curiosité et son esprit critique.
L’humour, l’émotion, la gravité se côtoient. La vraisemblance de ses textes
montre la rigueur de ses recherches.

S'identifier pour envoyer des commentaires.