Shillourokambos, Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. les fouilles du secteur 3.
EAN13
9782271130631
ISBN
978-2-271-13063-1
Éditeur
"CNRS Éditions"
Date de publication
Collection
Le passé recomposé
Nombre de pages
773
Dimensions
28 x 21 x 4 cm
Poids
2353 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Shillourokambos

Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. les fouilles du secteur 3.

De , ,

"CNRS Éditions"

Le passé recomposé

49.00

Après être apparue sur le continent asiatique à partir du Xe millénaire av. n.-è., la « néolithisation » s’est largement propagée. Le site de Shillourokambos à Chypre fait référence pour comprendre les tout débuts de ce processus de diffusion et la première extension des caractères néolithiques en Méditerranée. Fondé vers le milieu du IXe millénaire av. n.-è., il a été occupé jusqu’à la fin du VIIIe, soit sur une durée d’environ 1500 ans, couvrant tout le Néolithique pré-céramique B du Levant (PPNB).

Les zones fouillées entre 1991 et 2004 par la mission « Néolithisation », avec l’appui de l’École Française d’Athènes, se présentent en deux parties : l’une, au Nord, dénommée « secteur 1 », l’autre, au Sud, dite
« secteur 3 ». La seconde a été fouillée essentiellement entre 1999 et 2003. C’est cette aire qui est aujourd’hui publiée, là où les vestiges des étapes moyenne et récente de l’occupation étaient les mieux attestés et pouvaient se prêter à une certaine analyse spatiale. Elle permet une étude détaillée des périodes évoluées du site, entre 7600 et 7000 av. n.-è. et une approche de ces moments essentiels dans la formation de la culture qui s’épanouira au VIIe millénaire à Khirokitia. Outre l’introduction de certaines espèces animales (le daim, le mouton et probablement le renard), l’émergence massive de l’élevage ovin et bovin et le développement de l’agriculture au tournant des IXe-VIIIe millénaires, on y repère les mutations techniques dans la construction, les outillages lithiques, osseux ou les productions symboliques. C’est dans ce secteur 3 que fut découverte la plus ancienne preuve connue de la domestication du chat. D’importantes informations concernent les perspectives économiques perçues à partir de l’évolution des faunes et des artéfacts. Est aussi abordé l’état sanitaire des populations de l’établissement.

Après la publication du secteur 1 en 2011, la communauté archéologique dispose désormais de l’ensemble des données documentaires issues des fouilles de la mission « Néolithisation » à Shillourokambos.

After it appeared on the Asian continent from the 10th millennium BC onwards, Neolithisation spread widely. The site of Shillourokambos in Cyprus is a reference to understand the very beginnings of this diffusion process and the first extension of the Neolithic wave in the Mediterranean. Founded around the middle of the 9th millennium BC, it was occupied until the end of the 8th millennium, i.e. over a period of about 1,500 years, covering the entire Pre-Pottery Neolithic B of the Levant (PPNB).

The areas excavated between 1991 and 2004 by the “Neolithisation” project, with the support of the French School at Athens, are presented in two parts: one, in the north, “sector 1”, the other, in the south, “sector 3”. The latter was excavated mainly between 1999 and 2003, and it is this area which is now being published. Here, the remains of the middle and recent phases of occupation were best attested and could lend themselves to spatial analysis, enabling a detailed study of the more recent periods of the site, between 7600 and
7000 BC, and of the essential moments in the formation of the culture that flourished in the 7th millennium in Khirokitia. In addition to the introduction of certain animal species (fallow deer, sheep and probably foxes), the massive emergence of sheep and cattle breeding and the development of agriculture at the turn of the 9th–8th millennia, we can also see technical changes in construction, lithic and bone tools and symbolic productions. It is in sector 3 that the earliest known evidence of cat domestication was discovered. Important information concerns the economic perspectives perceived from the evolution of the fauna and artefacts. The health status of the populations in the establishment is also documented and discussed.

After the publication of sector 1 in 2011, the archaeological community now has all the documentary data from the excavations of the “Neolithisation” project in Shillourokambos.

(21,7 x 28,8), 775 pages, nombreuses illustrations et cartes, cartonnage éditeur.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean Guilaine