L'homme en habit de sel, Les enquêtes du commissaire Fleury en Presqu'île guérandaise
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Collection
Les enquêtes du commissaire Fleury en Presqu'île guérandaise
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'homme en habit de sel

Les enquêtes du commissaire Fleury en Presqu'île guérandaise

Geste Éditions

Les enquêtes du commissaire Fleury en Presqu'île guérandaise

12.99

Autre version disponible

La découverte d'un corps dans un tas de sel marque le début d'une enquête palpitante.
Midi, le 5 juin 1770. Comme à l'accoutumée, les notables du Croisic se retrouvent à la maison de ville, place Dinan, pour discuter des nouvelles du pays quand un homme essoufflé et agité pénètre dans la salle : « Vite, il faut venir tout de suite, y'a un mort dans un tas de sel sur la place de la Motte. »
En cette période de fortes tensions entre la communauté du Croisic, représentée par son maire, René David de Drézigué, qui refuse la tutelle juridique de Guérande, et le sénéchal Henri Le Peley, fraîchement nommé, qui veut asseoir son autorité, les choses ne sont pas simples pour Guillaume Fleury, jeune commissaire de police de la sénéchaussée, tout juste arrivé de Reims. Parviendra-t-il à s'imposer face aux notables du Croisic habitués à mener tambour battant les affaires de la ville ? Réussira-t-il à résoudre cette incroyable histoire de meurtre ?
L'intrigue nous emmène dans la Presqu'île guérandaise du xviiie siècle, au coeur du commerce du sel, dans le monde des négociants et des paludiers, mais aussi à Reims, ville du sacre des rois et du champagne, à une époque où les idées des Lumières commencent insidieusement à se propager et où les problèmes ne sont, finalement, pas si éloignés de ceux d'aujourd'hui.
Conduite par une recherche d'authenticité, l'intrigue de Béatrice Verney nous fait voyager au XVIII siècle, au cœur du commerce du sel, parmi les paludiers et les négociants, en passant aussi par Reims.
EXTRAIT
- À ce que je sais, ce monsieur de La Choletais vouait une haine féroce au duc d'Aiguillon qui le lui rendait bien, je suppose.
- De fait, c'est une longue histoire pleine de rebondissements. Pourtant, le duc a beaucoup fait pour notre cité. Vous avez vu ce nouveau mail près de la porte Saint Michel avec une partie haute et une partie basse ? C'est aujourd'hui un endroit de promenade fort prisé des Guérandais, d'autant que les douves qui constituaient un lieu particulièrement insalubre avec tous les écoulements et détritus de la ville ont été comblées. Il a également fait refaire tous les chemins d'accès à la cité. Et c'est sans compter avec tout ce qu'il a entrepris par ailleurs en améliorant la navigation sur la Loire, en rénovant les quais du Croisic, en relançant le commerce avec les pays nordiques. Il n'y a pas à dire, c'est un grand homme à l'esprit pratique. Dommage qu'il se soit rendu aussi impopulaire dans la ville de Rennes ! D'ailleurs, ne disait-il pas lui-même qu'il est plus facile de vaincre les Anglais que gérer les Bretons ?
À PROPOS DE L'AUTEUR
Béatrice Verney est venue s'installer en Loire-Atlantique, à Batz-sur-Mer, en 1982. Educatrice spécialisée de formation, elle a travaillé pendant onze ans au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Pen-Bron, à la Turballe. Puis, après avoir obtenu son diplôme de directrice d'établissement social et médico-social, elle a dirigé pendant onze autres années le Centre Saint Jean de Dieu du Croisic (établissement accueillant des adultes handicapés moteurs) jusqu'à son départ en retraite fin 2009.
Elle a publié en 2012 un premier ouvrage intitulé : Le Croisic - L'établissement de bains de mer Silvain Deslandes - de 1844 à 1893 - Avant, pendant, après, puis elle a entrepris un autre chantier, celui du cheminement historique de la ville du Croisic, de la Préhistoire jusqu'à aujourd'hui, retraçant les étapes de la vie souvent mouvementée de cette petite cité de caractère.

S'identifier pour envoyer des commentaires.