Une histoire sans nom
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une histoire sans nom

La Gibecière à Mots

AideEAN13 : 9782374635422
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
1.99

**Jules Barbey d'Aurevilly** (1808-1889)

"Dans les dernières années du dix-huitième siècle qui précédèrent la
Révolution française, au pied des Cévennes, dans une petite bourgade du Forez,
un capucin prêchait entre vêpres et complies. On était au premier Dimanche du
Carême. Le jour s’en venait bas dans l’église, assombrie encore par l’ombre
des montagnes qui entourent et même étreignent cette singulière bourgade, et
qui, en s’élevant brusquement au pied de ses dernières maisons, semblent les
parois d’un calice au fond duquel elle aurait été déposée. À ce détail
original, on l’aura peut-être reconnue... Ces montagnes dessinaient un cône
renversé. On descendait dans cette petite bourgade par un chemin à pic,
quoique circulaire, qui se tordait comme un tire-bouchon sur lui-même et
formait au-dessus d’elle comme plusieurs balcons, suspendus à divers étages.
Ceux qui vivaient dans cet abîme devaient certainement éprouver quelque chose
de la sensation angoissée d’une pauvre mouche tombée dans la profondeur –
immense pour elle – d’un verre vide, et qui, les ailes mouillées, ne peut plus
sortir de ce gouffre de cristal. Rien de plus triste que cette bourgade,
malgré le vert d’émeraude de sa ceinture de montagnes boisées et les eaux
courantes qui en ruissellent de toutes parts, charriant des masses de truites
dans leurs bouillons d’argent. Il y en a tant qu’on pourrait les prendre avec
la main... La Providence a voulu que, pour les raisons les plus hautes,
l’homme aimât la terre où il est né, comme il aime sa mère, fût-elle indigne
de son amour. Sans cela, on ne comprendrait guère que des hommes à large
poitrine, ayant besoin de dilatation au grand air, d’horizon et d’espace,
pussent rester claquemurés dans cet étroit ovale de montagnes, qui semblent se
marcher sur les pieds tant elles sont pressées les unes contre les autres !"

Jacqueline de Ferjol, veuve, vit dans les Cévennes avec sa fille Lasthénie,
jeune fille fragile, et leur bonne, Agathe. Pour le Carême, elles accueillent
un moine capucin venu prêcher : le moine Riculf. Au bout de quelques jours,
celui-ci disparaît...

S'identifier pour envoyer des commentaires.