Retour chez les Si-Li, Accompagné du traité Si-Li et de Poèmes de la nuit

Retour chez les Si-Li

Accompagné du traité Si-Li et de Poèmes de la nuit

Coédition NENA/Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

6.49

« La culture n'est pas un patrimoine qui gonfle au cours du temps. (...) Les acquis du présent et du passé ne peuvent supporter d'incompatibilité lorsqu'ils participent à un assemblage de longue haleine, c'est pourquoi, on doit faire table rase d'une multitude d'idées périmées, malgré toute la vénération portée à leur initiateurs (...) Il convient d'abattre certaines constructions qui constituent notre héritage culturel. Si confortable que puisse être le respectueux conformisme, il est rarement de bon conseil, c'est souvent un oreiller de paresse qui encourage à fermer les yeux sur les périls à venir »1 Il en est de la nature, comme il en est de l'histoire, personne ne peut, à propos, quelle que soit la finesse de l'érudition manifestée, prétendre dire ou avoir le dernier mot. Il faut pourtant oser penser, oser bousculer les certitudes établies, pour susciter quelques pistes nouvelles de réflexion. Cela s'impose, surtout dans le contexte historique actuel qui, plus que les précédents, reste dominé par une accélération incessante du temps, un temps pluriel, contradictoire, dont certains disent qu'il est, tout simplement, celui de l'introuvable humanité de l'homme. Tout porte à croire que l'homme se voit ainsi trahi par sa propre intelligence. Ce ne sont pas des faits qui manqueraient pour conforter un tel pessimisme, pour penser cette montée perdurante de l'insignifiance.

S'identifier pour envoyer des commentaires.