Santé, société et politique en Afrique
Éditeur
Coédition NENA/CODESRIA
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Santé, société et politique en Afrique

Coédition NENA/CODESRIA

8.99

L'essence de la politique, c'est la prescription d'une possibilité en rupture avec ce qu'il y a et pas nécessairement le maintien par tous les moyens de ce qu'il y a. L'exercice ou l'épreuve de cette prescription et les énoncés qu'elle commande, sous l'autorité de l'événement évanoui (marche réprimée contre la faim, par exemple), passe par des réunions, des discussions, des déclarations, des interventions et des organisations, en vue de prises de décisions. La politique est organisée par des dispositifs organisés organisant cette politique. Cependant, en Afrique, à la place de la pensée politique, on ne rencontre que des manipulations, des intrigues et des discours, essentiellement de la propagande, sinon des descriptions d'institutions, d'« élites », etc. Toute la question de la politique se réduit, de ce fait, à la conquête du pouvoir d'Etat. Ainsi, dans nos pays d'Afrique où l'on conçoit la politique comme une profession et la seule voie pour avoir les meilleurs moyens de vie, elle devient négative, puisqu'elle est incarnée par toutes sortes de gens corrompus et est marquée par des luttes parfois sans merci. Mais, une nouvelle figure de la politique est en voie d'émerger. Sa question centrale est : Comment changer le monde sans saisir le pouvoir d'Etat ? Comment construire une puissance politique, à partir de la capacité politique des gens, capable de dissoudre les rapports oppressifs de pouvoir ? Comment transformer l'Etat sans une prise de pouvoir d'Etat ?

S'identifier pour envoyer des commentaires.