Nouveaux regards sur les
Éditeur
Librairie Droz
Date de publication
Collection
Travaux d'Humanisme et Renaissance
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nouveaux regards sur les "Apollons de collège"

Figures du professeur humaniste en France dans la première moitié du XVIe siècle

Librairie Droz

Travaux d'Humanisme et Renaissance

AideEAN13 : 9782600317368
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
59.99

Autre version disponible

En 1942, Lucien Febvre publiait le Problème de l'incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais. L'ouvrage, devenu un classique, a permis de mettre au jour l'œuvre abondante des professeurs de collège français qui, dans les premières décennies du XVIe siècle, se firent humanistes et poètes latins. Pourtant, si l'historien fut l'« inventeur » de ces « Apollons de collège », au sens archéologique du terme, il afficha surtout à leur égard un mépris dont ils ont longtemps souffert. Évoquant en particulier l'« énorme, stupéfiante et candide vanité » de ces latinistes fervents, qui croyaient fermement en leur propre génie, il dénonça l'ennui que suscitait immanquablement, selon lui, la lecture de leurs vers. L'approche de Lucien Febvre procédait cependant d'un postulat très juste : nulle enquête de fond sur l'univers mental de Rabelais ne pouvait faire l'économie d'une telle exploration.
Le présent volume se propose de croiser les regards de chercheurs qui s'intéressent aux personnalités, aux pratiques pédagogiques et aux écrits de ces professeurs et poètes de la première moitié du XVIe siècle. Il s'agit en particulier de saisir, dans leurs réalités concrètes et humaines, les relations qu'entretiennent la culture humaniste et la culture scolaire, Apollon et l'Ecole. Le monde des collèges, rompu aux méthodes scolastiques, mais ouvert à celles de la philologie moderne, apparaît alors comme un lieu d'élaboration, d'expérimentation et de transmission de savoirs et de pratiques intellectuelles dont le collège des lecteurs royaux - fondé par Guillaume Budé et François Ier - n'a été que le prolongement le plus prestigieux. Rabelais, qui fréquenta assidûment ce monde-là, en fut, à bien des égards, l'enfant turbulent et génial.

S'identifier pour envoyer des commentaires.