Perceforest. Sixième partie, Tomes I et II
Éditeur
Librairie Droz
Date de publication
Collection
Textes littéraires français
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Perceforest. Sixième partie

Tomes I et II

Librairie Droz

Textes littéraires français

AideEAN13 : 9782600318099
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
97.99

Autre version disponible

Les lignes directrices de la Sixième partie du roman de Perceforest sont principalement orientées vers le dénouement de l'œuvre. Gallafur, le petit-fils de Gadiffer, abolit définitivement les enchantements de la Forêt Darnant. Il épouse Alexandre Fin de Liesse, la petite-fille de Perceforest et d'Alexandre le Grand, et devient roi de Grande Bretagne. De leur descendance naîtra Lucius, premier roi chrétien, puis Arthur. Zéphir, le démon bienfaisant qui veille aux destinées de la Grande Bretagne, protège particulièrement le lignage de Passelion, dont le lointain descendant sera Merlin. Avec l'arrivée d'Alain le Gros, le royaume est progressivement christianisé. Gallafur2, le fils de Gallafur, se convertit à la nouvelle religion et se fait baptiser sous le nom d'Arfasen. Dans l'Ile de Vie, Perceforest, Gadiffer, Dardanon, la Reine Fée et Gallafur entendent Nathanaël, un ancien clerc de Nicodème, leur faire le récit de la Passion d'après l'Evangile de Nicodème, dont l'auteur propose une traduction très proche de la source latine. Emus par cette lecture, ils se font baptiser et demandent à revenir en Grande-Bretagne pour mourir. Arfasen fonde le château de Corbenic, où sera gardé le Graal. Il donne sa fille Guetoine en mariage à Josué, le frère d'Alain le Gros. Désormais, la Grande Bretagne est chrétienne et les aventures des chevaliers du Graal, d'Arthur et des compagnons de la Table Ronde peuvent commencer.
Sans perdre de vue son dessein initial, qui est de rattacher les héros de l'Antiquité, Alexandre, Betis-Perceforest et Gadiffer, à Arthur et aux compagnons de la Table Ronde, le romancier, dont l'imagination est toujours fertile, ne renonce pas au plaisir de raconter de nouvelles histoires, essentiellement consacrées aux amours de Gallafur, de Maronès, de Salfar et du Chevalier à la Vuivre. Il met en scène une Cour d'Amour, où la conduite de Salfar, qui a ravi par désespoir et rage d'amour la Pucelle au Cercle d'Or, est sévèrement jugée. Avec un réel sens de l'architecture romanesque, l'auteur achève magistralement le grandiose édifice en six parties qu'il avait l'ambition de construire. Sa réussite est la marque d'une richesse d'invention et d'une puissance créatrice exceptionnelles.

S'identifier pour envoyer des commentaires.