Bye bye Babylone. Beyrouth 1975 / 1979
Éditeur
POL Editeur
Date de publication
Collection
Fiction
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Bye bye Babylone. Beyrouth 1975 / 1979

POL Editeur

Fiction

AideEAN13 : 9782818046944
  • Fichier EPUB à mise en page fixe, avec DRM Adobe
    Impression

    Impossible

    Copier/Coller

    Impossible

    Partage

    6 appareils

    Lecture audio

    Impossible

25.99

Autre version disponible

"Dans ce livre, il y a des chewing-gums et des kalachnikovs. Il y a des
bonbons, des chocolats, des barbes à papa, des bombes, des obus, des missiles
et des grenades, des armes en tous genres. Il y a des Smacks, du Bonjus, et
des roquettes de 140 mm. Il y a moi et mon petit frère, il y a des miliciens
et des miliciennes, des phalangistes, des palestino-progressistes, des
nassériens, des tigres, des fidayins, des moudjahidins et des mourabitouns. Il
y a des leaders politiques. Des lugubres, des cruels, des cyniques, des
monstres, ils planent sur la ville. Il y a des keffiehs, des treillis, des
lunettes de soleil, des croix et des turbans, des chemises hawaiiennes et des
sahariennes. Il y a les néons de Hamra et le hamburger du Holiday Inn, la
bataille des hôtels et le massacre des camps, l’incendie des souks et le
pillage de la rue des Banques. Il y a des enlèvements, des explosions, des
assassinats, des rafales de mitraillette, et des cigarettes. Des Gitanes, des
Marlboro, des Dunhill, des Viceroy, des Winston, et surtout des Kent. Des
cendriers, des allumettes, des briquets Cartier en or, de la fumée, beaucoup
de fumée, et du feu. Il y a des cartes à jouer, des dessins animés, des bandes
dessinées, des jeux de société, des Matchbox, des bulles de savon, une
panoplie d’Indienne et ma collection d’éclats d’obus. Il y a le magasin de mon
grand-père et le foulard en soie de ma grand-mère, la Nivea de ma nounou et le
Petzi de Walid. Il y a des cinémas en feu, le Roxy, le Radio City, le Dunia,
l’Empire, le Rivoli, et des hôtels en flammes, le Palm Beach, le Vendôme, le
Saint-Georges, le Phoenicia, l’Alcazar. Il y a la ligne de démarcation et la
corniche de Manara. Dans ce livre il y a Beyrouth, en feu, en flammes, en
étincelles, en explosions, dans le noir absolu, il y a Beyrouth qui brille."

S'identifier pour envoyer des commentaires.