Voisin parfait
Éditeur
JL
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Voisin parfait

Jl

AideEAN13 : 9782491394165
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
4.99

Sans réfléchir avec célérité, je cours, partant en trombe dans les eaux
tumultueuses et froides du fleuve. De toutes mes forces, je lance mes bras
comme si c’était la dernière chance de pouvoir rattraper quelque chose de
valeureux. La victime livre une bataille de toute son âme, sa tête moins haute
que l’image du soleil de sept heures du soir. Il a l’air bien enveloppé, mais
mon engouement du sacrifice finit par l’emporter sur cet obstacle superflu.

Une demoiselle vient de nous rejoindre. En nous aidant à nous relever,
inopinément le pauvre me serre si fort dans ses bras. Son cœur bat
anormalement et des gouttelettes de larmes abondent sur ses joues.
Inconsciemment, des souvenirs me reviennent, je veux bien élire : le plus gai,
le plus adéquat, le plus hardi... mais sans m’en rendre compte, dans cette
impasse le libre arbitre est une perle rare.

Quelle est charmante la demoiselle ! Elle vient de se rapprocher. Elle a pris
ce jeune dans ses bras et lui donne un baiser sur le front. Les deux sont
restés attachés l’un à l’autre pendant quelques minutes. En les observant, je
dirais qu’ils ont un lien de parenté. Après cela, elle s’est retournée vers
moi et m’a dit :

— J’ai assisté à des compétitions de natation et de football. La plupart
luttaient pour remporter une médaille ou une coupe... Mais aujourd’hui, vous,
vous avez lutté pour la plus belle des victoires, déclare cette charmante
fille à mon égard. Au fait, je m’appelle Sara. Et lui, c’est Peter, mon
imbécile de frère.

— C’est un chanceux, je crois. rétorquai-je.

— Je suis très enchantée de vous connaître. Vous venez de sauver une vie. Vous
êtes l’un des plus grands nageurs que je n’aie jamais vus.

— C’est aimable de votre part. Mais entre nous, n’importe qui aurait pu le
faire.

La conversation prend son allure, mais abruptement elle se pluralise.

— J’ignore vraiment qui vous êtes. De toute façon, ce n’est pas important. À
mes yeux, vous êtes le héros du fleuve. Je ne sais pas comment vous remercier,
m’avoue Peter le chanceux.

— Je vous en prie. Ça servira à rien tous ces éloges. Vous voir vivant me
suffit... Si vous êtes croyant. Louez Dieu ! C'est tout ce que je peux vous
recommander.

Après la causerie, la charmante fille et son frère ont quitté les lieux. Elle
s’appelle Sara et son frère Peter, leurs parents étaient sûrement chrétiens,
quelque chose de ce genre. Elle a un si joli regard ! Comme Brenda d'ailleurs.
Mais elle est en train de partir. Je n'ai même eu le courage de lui demander
son numéro. Son numéro ? Mais pourquoi faire ? Elle va me prendre pour un
dragueur. Non, il ne faut pas que ça arrive. À ce que je vois, je ne suis pas
son type. Elle ne s'est pas beaucoup intéressée à moi ni élargie la discussion
c’est pourquoi ils sont partis si vite. Il faut...

Mister Bad et un de plus.

S'identifier pour envoyer des commentaires.