Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné

Les Belles Lettres

31.99

Autre version disponible

Le livre de Marguerite Harl, Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné, dont la parution initiale remonte à 1958, est un grand livre à plusieurs titres. Il met en oeuvre une méthodologie nouvelle à l'époque, qui consiste à étudier les écrits d'Origène (185/187-251/253) dans leur ordre chronologique. Ainsi sont mises en valeur à la fois la permanence des grandes lignes de la pensée d'Origène et les inflexions apportées au fil du temps. Le but de Marguerite Harl n'est pas de réhabiliter Origène et de démontrer son orthodoxie, à l'instar des jésuites allemands et français des années précédant et suivant la Seconde Guerre mondiale. Elle insiste sur la complexité de la pensée de l'Alexandrin, qu'il ne faut pas juger à la lumière de l'orthodoxie définie bien après lui, au moment du concile de Nicée (325). Elle montre que la christologie et la sotériologie d'Origène sont originales, en ce qu'elles insistent sur la fonction pédagogique et révélatrice assumée par le Fils incarné qui permet à l'homme d'accéder à la connaissance du Père. Le livre de Marguerite Harl est précédé d'un avertissement et suivi d'une postface, rédigés par trois de ses collaborateurs. La postface propose une courte biographie de l'auteur, donne la liste de ses travaux scientifiques et retrace la manière dont son étude a été accueillie depuis 1958 jusqu'à aujourd'hui. Elle publie trois lettres inédites d'Henri de Lubac à Marguerite Harl.

S'identifier pour envoyer des commentaires.