Le Lépreux de la cité d'Aoste
Éditeur
Editions des Régionalismes
Date de publication
Collection
Poutchic
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Lépreux de la cité d'Aoste

Editions des Régionalismes

Poutchic

AideEAN13 : 9782366345827
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
3.99

Autre version disponible

Xavier de Maistre (1763-1852), officier, peintre et écrivain « savoisien » du royaume de Savoie-Piémont-Sardaigne. Il s'engage en 1781, dans le corps d'infanterie du régiment de la Marine, le Real Navi, à Alexandrie. Ce régiment sera ensuite stationné à Chambéry, Pignerol, Fenestrelle puis à Turin. X. de Maistre est nommé cadet en 1784, sous-lieutenant en 1785 et lieutenant en 1790. En 1793, son régiment, combattant contre les troupes françaises, se replie sur le Petit-Saint-Bernard et prend ses quartiers d'hiver à Aoste. Il y retrouve sa famille qui s'y est réfugiée en 1792, depuis l'invasion de la Savoie. C'est là qu'il entre en conversation avec un lépreux, Pierre-Bernard Guasco, qui vivait dans une tour près de l'ancien Hospice de charité. Cette rencontre est à l'origine de son futur roman. En 1798, le roi de Piémont-Sardaigne, Charles-Emmanuel IV abdique, dissout son armée et se réfugie en Sardaigne. X. de Maistre, officier sans solde, s'engage alors dans l'armée russe avec le grade de capitaine. Dans l'hiver 1809-1810, il écrit le Lépreux de la cité d'Aoste, dont la première édition paraît en 1811 à St-Pétersbourg, petit ouvrage d'une grande simplicité stylistique, où est exposé un dialogue entre un soldat et un lépreux reclus dans une tour (dénommée par la suite tour du lépreux) et qui se souvient des temps heureux de sa jeunesse et pour lequel le seul bonheur reste la vision des Alpes.

La présente édition reprend l'édition de 1905 qui est enrichie d'une préface et d'une postface de Silvio Fellini, replaçant l'ouvrage dans la vie et l'œuvre de X. de Maistre.

S'identifier pour envoyer des commentaires.