1914-1918, Françoise Dolto, veuve de guerre à sept ans
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Hors série Connaissance
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

1914-1918, Françoise Dolto, veuve de guerre à sept ans

Gallimard

Hors série Connaissance

AideEAN13 : 9782072821004
  • Fichier PDF, avec DRM Adobe
    Impression

    Impossible

    Partage

    6 appareils

    Copier/Coller

    Impossible

    Lecture audio

    Impossible

13.99

Autre version disponible

À l'heure où s'achève le centenaire de la Première Guerre mondiale, deux
historiens se penchent sur le destin d'une petite fille extraordinaire née en
1908 dans une famille de la grande bourgeoisie parisienne. Cette petite fille,
c'est Françoise Marette, "Vava" pour les intimes, et elle deviendra Françoise
Dolto, la psychanalyste qui a changé le regard que nous portons sur l'enfance.
Comme beaucoup d'enfants nés peu avant le conflit, Françoise vit la guerre de
loin, repliée à Deauville en compagnie de ses frères et sœur et de leur
gouvernante. À six ans, déjà épistolière de talent, elle multiplie les
missives à tous les membres de sa famille. Ainsi, dit Manon Pignot,
historienne de l'enfance, dans sa délicate analyse, 'la guerre a fourni à
cette petite fille incroyablement curieuse un contexte inattendu d'expression
et d'intelligibilité du monde' qui est à l'origine de sa vision
révolutionnaire de l'enfance. L'implication de l'enfant s'intensifie quand
elle entretient avec Pierre Demmler, son oncle de vingt huit ans, une intense
correspondance et se considère, encouragée par la famille, comme la fiancée et
la future épouse du jeune capitaine. La mort au front, le 10 juillet 1916, de
Pierre Demmler, fait de la jeune promise "une veuve de guerre à sept ans".
Yann Potin, en historien et analyste des archives familiales, ouvre pour nous
enveloppes et albums conservés par Françoise et la famille, interroge "la
manière dont le deuil se cristallise, se fixe sur le papier, par les images,
mais aussi se transmet malgré nous, par le truchement de la vie matérielle
propre d'autant de petits reliquaires affectifs". Ainsi, l'expérience
enfantine de la Grande Guerre a vraisemblablement nourri la pensée
révolutionnaire de Françoise Dolto psychanalyste quand il s'est agi, plus
tard, de soigner des enfants.

S'identifier pour envoyer des commentaires.