Les modalités de paiement de l’État moderne, Adaptation et blocage d’un système comptable

Les modalités de paiement de l’État moderne

Adaptation et blocage d’un système comptable

Institut de la gestion publique et du développement économique

Histoire économique et financière - Ancien Régime

AideEAN13 : 9782111294165
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
6.99

Autre version disponible

Si on connaît le poids de l’armée, de la marine ou du service de la dette, les
circuits internes qu’emprunte, au XVIIIe siècle, l’argent de l’État
redistributeur demeurent encore obscurs. Les dotations des principales caisses
centrales, les transferts de fonds de caisse à caisse, les ordres de paiement,
notamment sur les caisses provinciales, et finalement l’acquittement des
dépenses auprès des nombreux destinataires des fonds publics n’ont pas été
étudiés en tant que tels. Or, apprécier la manière dont l’État organise la
gestion de ses dépenses, met en œuvre les modalités de redistribution de
l’argent public, et fait face (ou non) à ses obligations de paiement, nous
renseigne utilement sur les relations financières qu’il entretient avec la
société. Comment l’État paye les Français ? Qu’il s’agisse du paiement des
soldes, gages, rentes, remboursement des corvées militaires, exemptions,
remises fiscales, indemnités des expropriés, pensions, gratifications..., par
quelles voies les fonds parviennent-ils à leurs destinataires ? Selon quel
ordre de priorité, quelle forme (espèces, billets), quel délai ? Les travaux
issus de cette journée d’études s’intéressent aux paiements de l’État moderne
en observant l’administration monarchique dans un rôle plutôt gratifiant celui
de dispensateur des deniers royaux, sans pour autant oublier que cette
capacité de redistribution constitue l’exact pendant d’une capacité de
prélèvement rendue possible par le monopole de la violence légitime.

S'identifier pour envoyer des commentaires.