L’impôt des campagnes, Fragile fondement de l’État dit moderne (XVe-XVIIIe siècle)

L’impôt des campagnes

Fragile fondement de l’État dit moderne (XVe-XVIIIe siècle)

Institut de la gestion publique et du développement économique

Histoire économique et financière - Ancien Régime

AideEAN13 : 9782111294172
  • Fichier PDF, libre d'utilisation
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
8.99

Autre version disponible

La fiscalité locale sous l’Ancien Régime a la réputation d’être effroyablement
complexe. Rien ne serait identique d’une circonscription à l’autre. À partir
d’études de cas privilégiant l’origine des différentes fiscalités, leur esprit
et leur fonctionnement, ce colloque, qui s’est tenu en 2002, permet de mieux
comprendre un système qui, bien que « fragile », fut l’un des « fondements de
l’État moderne ». Un ensemble de documents illustre toutes les facettes de «
l’impôt des campagnes » à travers des rôles, des comptes et des délibérations
qui constituent la mémoire des villages. Il apparaît ainsi que la monarchie
reprit souvent sans grandes retouches les systèmes fiscaux des provinces
intégrées dans le royaume. Par la suite, les agents de la fiscalité locale et
les intendants s’efforcèrent plus qu’on ne le soupçonne d’en améliorer le
fonctionnement sans l’uniformiser. Cet ouvrage parcourt, pour l’ensemble de la
période moderne, toute la France, du Languedoc à la Bretagne, à la Lorraine,
en passant également par l’Armagnac, le Comtat Venaissin, le Dauphiné,
l’Auvergne, le Beaujolais, la Touraine, le Soissonnais, les Pays-Bas. Il
permet de nuancer les critiques formulées contre un système supposé chaotique,
de relativiser la responsabilité du roi dans les difficultés de l’État et des
peuples. Sans être totalement erronée, l’image désastreuse de la fiscalité de
l’Ancien Régime est moins conforme à la réalité qu’on ne l’avance
généralement.

S'identifier pour envoyer des commentaires.