Aventures et mésaventures d'une aide-soignante à domicile, Anecdotes de vie
Éditeur
Editions PIXL
Date de publication
Collection
Histoire vécues
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Aventures et mésaventures d'une aide-soignante à domicile

Anecdotes de vie

Editions PIXL

Histoire vécues

AideEAN13 : 9782390092797
  • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
3.99

**Des anecdotes toutes plus étonnantes les unes que les autres.**

Il ne faut pas se leurrer, le quotidien d’une aide-soignante, c’est avant tout
de laver des postérieurs… des gros, des petits, des flasques et surtout des
douteux ! Mais que peut-il donc y avoir d’intéressant à raconter sur ce métier
? Je vous propose d’embarquer avec moi, vous verrez qu’il foisonne d’anecdotes
toutes plus étonnantes les unes que les autres. Les relations humaines sont au
cœur de ce livre, et je vous présenterai mes patients les plus marquants, qui
sont un véritable reflet de notre société. Les thèmes abordés sont intemporels
: de l’impudeur à la folie, de la violence à la générosité des patients, en
passant par l’influence du porno et les diverses sollicitations sexuelles que
j’ai pu avoir, sans oublier des sujets plus graves tels que la maladie et
l’accompagnement en fin de vie. Je m’appelle Magali, j’ai 52 ans et je suis
aide-soignante à domicile depuis plus de 30 ans.

**Découvrez le témoignage touchant de Magali, 52 ans, aide-soignante à
domicile depuis plus de 30 ans.**

EXTRAIT

Drôle de surnom pour un criquet, mais c’était plutôt comique, et cela montrait
l’affection qu’elle pouvait avoir pour ce petit insecte, qui représentait le
seul lien qu’elle avait entretenu avec le monde extérieur depuis bien
longtemps. Elle le garda pendant plusieurs semaines dans sa boite, en le
sortant parfois un peu pour le faire sautiller dans sa pièce et en le
nourrissant comme elle pouvait. Mais lorsque la mère supérieure remarqua son
petit numéro, elle fut outrée et confisqua immédiatement la boite d’allumettes
pour remettre le criquet en liberté. Non pas qu’elle se préoccupait de la
santé de l’animal, elle veillait plutôt à faire respecter la règle, qui est
très simple, mais ne tolère aucun manquement : les sœurs n’ont droit à
absolument aucune distraction afin de ne pas être détournée de Dieu, pas même
un petit criquet. Elles ne s’intéressent donc bien évidemment pas aux
dernières tendances à la mode et n’ont aucun signe de féminité. Par exemple
pour ne pas avoir à se coiffer, elles se coupent les cheveux entre elles, car
elles doivent toujours avoir les cheveux courts sous leur coiffe. Et leur
unique tenue, qu’elles gardent jour et nuit, se compose d’une chemise blanche
à manche longue près du corps, surmontée d’une robe de couleur marron, elle-
même recouverte par un scapulaire blanc (un vêtement religieux tombant des
épaules sur la poitrine et sur le dos, c’est-à-dire, pour ceux qui ne
visualisent pas ce que ça représente, quelque chose que l’on pourrait imaginer
comme un tablier recto verso). De plus, leurs sandales sont également marron.
Elles peuvent aussi avoir certaines vestes ou couvertures pour l’hiver, mais
tout est toujours de couleur marron !

S'identifier pour envoyer des commentaires.