La Sagesse du Philosophe, Aristote et la question du changement
Éditeur
Jean-Philippe Pastor
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Sagesse du Philosophe

Aristote et la question du changement

Jean-Philippe Pastor

AideEAN13 : 9782374532288
  • Fichier EPUB, libre d'utilisation
  • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
  • Lecture en ligne, lecture en ligne
6.99

Tout au long du _Proème_ philosophique le plus général d’Aristote, le temps de
lecture apparaît ici sous l’éclairage des différentes parties de l’œuvre du
Grand Penseur. De la « fragmentation » des textes aristotéliciens comme il est
dit, la coupure textuelle de _« La Sagesse du Philosophe »,_ livre parallèle
au précédent – « _Aristote aujourd’hui » 1987/2016 –_ suit assurément cette
fragmentation.

En réalité, avec ces _Critiques aristotéliciennes – 2006/2016_ ici présentes,
nous sommes déjà dans le mouvement morcelé d’une pensée pleinement opérante.
La question du changement est inévitablement reprise, de nouveau travaillée.
L’œuvre du Philosophe « le Stagirite » est en effet surtout connue pour son
unité « agissante ». Il est avant tout question de l’Être en tant qu’Être :
mais il nous faut aussi du temps et du mouvement pour le comprendre. Mise à
part la pensée des présocratiques, personnages énigmatiques pour certains,
Aristote est le seul dont on ait également perdu l’intégrale des œuvres
publiées ; le _Corpus aristotelicum_ est pour l’essentiel l’œuvre de
Théophraste, premier successeur discuté d’Aristote. Et les Grecs de façon
générale à son époque cherchent le Repos comme rang suprême de leur écriture.
_Pas le Changement._ Dans la présentation du livre philosophique que je lui ai
consacré (le _« Aristote aujourd’hui »_ précédent et rapproché), cette unité «
relative » du mouvement de l’être et des choses se révèle enfin ; mais aussi
dans sa manière la plus simple de la vivre, d’être construite de telle façon
qu’il est difficile de la retrouver si ouvertement traitée chez les autres !
Ici nous sommes sur le déplacement progressif et nécessaire d’une idée, d’un
entendement en perpétuel périple du fameux Philosophe grec à propos de son
principe indispensable de _kinèsis / metabolè (mouvement / transformation)._
Il est en somme question des _« Métamorphoses de la Grèce ancienne »._ Celles
qui mènent soudainement après le Stagirite à la période hellénistique... Je
veux évoquer concrètement Aristote sans cesse en déplacement dans sa vie ; en
partage inconditionné dans ses journées les plus longues, en perpétuelle
transformation et métamorphose à propos de ses réflexions les plus fermes – au
contraire de Platon son Maître qui toute sa vie durant, rejeta
irrémédiablement tout changement, a voulu rester intensément Athénien – même
en se rendant malheureusement jusqu’en Sicile, un grand voyage au moment de la
mise en œuvre de ses convictions politiques les plus assurées.

S'identifier pour envoyer des commentaires.