Hippocrate. Pour une archéologie de l'École de Cnide, pour une archéologie de l'École de Cnide
EAN13
9782251326696
ISBN
978-2-251-32669-6
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Études anciennes Série grecque
Nombre de pages
720
Dimensions
24 x 16 x 4 cm
Poids
1138 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
610.938
Fiches UNIMARC
S'identifier

Hippocrate. Pour une archéologie de l'École de Cnide

pour une archéologie de l'École de Cnide

De

Les Belles Lettres

Études anciennes Série grecque

69.00

Sous le nom d'Hippocrate le fondateur de la médecine occidentale, nous est parvenu un ensemble d'une soixantaine de traités appelés Collection hippocratique ou Corpus hippocratique que l'Occident a redécouvert à la Renaissance. Bien que cet ensemble possède une unité suffisante pour avoir été lu comme l'œuvre d'Hippocrate — car l'approche rationnelle de la maladie y est remarquable ainsi que l'éthique médicale —, l'ensemble des traités ne peut pas être l'œuvre d'un seul homme ni même d'une seule école médicale, celle d'Hippocrate de Cos. Il existait aussi une école médicale à Cnide dont l'ouvrage fondamental s'intitulait les Sentences cnidiennes. L'une des caractéristiques d'une partie de cette littérature technique est l'existence de rédactions parallèles dans la présentation des mêmes maladies suivant un schéma d'exposition analogue (sémiologie, pronostic thérapeutique), ce qui suppose l'existence d'un modèle commun entre les traités nosologiques et permet la mise au jour de strates dans les différentes rédactions. Ainsi se justifie le titre d'Archéologie. L'édition critique et l'étude comparative de toutes les rédactions parallèles avec les conclusions qui en résultent sur le passage d'une médecine archaïque à une médecine classique par le développement des humeurs sont au cœur de cette thèse qui a paru en 1974 et qui a eu un impact considérable sur les études hippocratiques de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle sous le titre abrégé d'Archéologie.
Cette seconde édition corrigée est augmentée d'un article sur un papyrus de Cologne publié en 2001 et offrant le seul élément nouveau depuis 1974, à savoir une rédaction parallèle avec le traité nosologique des Affections internes. L'article parue en 2004 montre en quoi cet élément nouveau apporte une confirmation à la thèse. La nouveauté de cette seconde édition est une importante Postface (2009). Elle situe l'Archéologie dans l'histoire de la philologie hippocratique depuis la fin du XIXe siècle et dresse un tableau d'ensemble de sa réception, apportant aussi dans le détail tous les compléments nécessaires qui en font, en définitive, un nouvel ouvrage parfaitement mis à jour.

Jacques Jouanna, professeur émérite à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), membre de l'Institut, directeur de la Collection des Universités de France (série grecque) est internationalement reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes d'Hippocrate.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jacques Jouanna