EAN13
9782757887608
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
Points Goût des mots
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

"La vraie vie est absente"

Et autres fragments rimbaldiens. Suivi du dictionnaire homo-érotique

Points

Points Goût des mots

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782757887585
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    6.49

  • Aide EAN13 : 9782757887608
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    6.49

Autre version disponible

FRAGMENTS « La vraie vie est absente. » Mot d’ordre politique, cette phrase de
Rimbaud a été citée, chantée, taguée, reproduite et traduite dans toutes les
langues. Pour approcher Rimbaud, auteur complexe et parfois sibyllin, ce petit
livre se propose de réunir les « fragments » essentiels de l’œuvre – formules,
aphorismes ou « phrases ». Rimbaud lui-même semble avoir consenti à cette
lecture fragmentaire. Il évoque ses « fraguemants » en prose et Verlaine
mentionne également sa « série de superbes fragments ». Grâce à ces « jeux de
cartes », Rimbaud devient plus accessible, plus « pop », sans perdre en
complexité. On se met à le lire comme les Fables de La Fontaine, succession de
textes sans ordre, ou dans le désordre, comme les Pensées de Pascal. Ce
Rimbaud « liquide » et « fluide » gagne en éclat. Le plus grand poète français
retrouve sa liberté grâce à cette lecture en morceaux. LE « RAINBOW »
Dissimulé au revers de ce petit livre, le « Rainbow » est un dictionnaire
homo-érotique hardi. Ce lexique inédit contient « quelques ressources
dangereuses ». Véritable « enfer » – au sens où on employait le terme dans les
réserves, interdites au public, de la Bibliothèque nationale –, il réunit de
nombreux mots et codes « homosexuels » qui figurent dans l’œuvre de Rimbaud.
Un tel glossaire, jugé obscène, eût été interdit par les Académies il y a
quelques décennies ; trop incorrect, il serait encore sanctionné par
l’Université aujourd’hui, si on laissait les « assis » et les « bureaux »
seuls juges de la littérature. Longtemps, ce Rimbaud-là a été mis à l’index.
Il est grand temps de le libérer. Rimbaud nous avait prévenu en dissimulant
son beau secret : « J’ai seul la clef de cette parade sauvage. » Un code
décrypté ici pour la première fois.
S'identifier pour envoyer des commentaires.