Courir

Jean Echenoz

Les Éditions de Minuit

  • Conseillé par (Libraire)
    24 mai 2020

    Roman Wikipedia

    Né dans une famille modeste dont il est le sixième enfant, il doit travailler dès l'âge de 16 ans dans une fabrique de chaussure à Zlín. C'est par ce travail qu'il fera ses débuts en athlétisme. Sa société l'oblige un jour à participer à une course dont elle est le sponsor. Il ne finira que deuxième mais ce sera pour lui le début de sa carrière sportive.

    Rentré dans l'armée en 1945 pour y remplir son service militaire, il continue dans cette carrière. Il y trouve des conditions favorisant son entraînement. C'est également par cette carrière qu'il fit la connaissance de sa future épouse, Dana, qui était la fille de son colonel à l'époque. Ce futur couple présentait une curiosité: ils étaient nés exactement le même jour.

    Pour sa première grande participation internationale, il termine 5e du championnats d'Europe d'athlétisme 1946 à Oslo. Pour sa première participation aux jeux Olympiques, lors de l'édition de Londres, en 1948, il remporte le 10 000 mètres, et termine deuxième derrière le Belge Gaston Reiff dans le 5 000 mètres. Ces jeux, il faillit ne pas les disputer : en effet, des « officiels » prirent comme prétexte sa nomination à un grade supérieur, nomination obtenue en récompense de ses bons résultats précédents, pour essayer de le qualifier de professionnel ce qui l'aurait exclu automatiquement des Jeux.

    C'est le début d'une domination sur le fond: dès l'année suivante, il établit par deux fois le record du monde du 10 000 mètres, distance sur lequel il restera invaincu entre 1948 et 1954, remportant 38 courses. Il devient également le premier à franchir la barre des 20 km parcourus dans l'heure avec 20,052 km.

    Le point culminant de la carrière de la « locomotive tchèque » se présente avec les jeux Olympiques d'Helsinki. Ce surnom lui vient d'un journaliste français, comme le raconte son épouse Dana : « Il a dessiné Emil comme une locomotive trainant ses concurrents comme des wagons ».

    Cette édition des Jeux olympiques a failli être privée de sa présence. Les autorités tchèques refusent à un coureur de 1 500 mètres, Stanislav Jungwirth de se rendre à Helsinki sous le prétexte que le père de celui-ci est un opposant au parti communiste. Il décrète alors qu'il ne participera pas aux Jeux si son compatriote n'est pas autorisé à participer également. Dans un premier temps, les autorités refusent de céder. Puis après quelques jours, le parti cède et les deux athlètes se rendent finalement à Helsinki.

    La première épreuve qu'il dispute est le 10 000 mètres. Très tôt, ses adversaires disparaissent, incapables de suivre le rythme du Tchèque. Le dernier à le suivre est le Français Alain Mimoun qui doit céder aux 8 000 mètres. Il termine premier avec 120 mètres d'avance sur le Français.

    La deuxième épreuve de son programme est le 5 000 mètres. Parmi ses concurrents au départ figure le champion en titre, le Belge Gaston Reiff, l'Anglais Chris Chataway, l'allemand Herbert Schade et le Français Mimoun. A 300 mètres, il semble en difficulté après le départ de Chataway suivi de Mimoun. Puis il revient, les dépasse dans le dernier virage et s'impose, Mimoun terminant à la 2e place. [4]. Lors de la même journée, il voit sa femme Dana triompher lors de l'épreuve du javelot. Vient alors le dernier jour de compétition en athlétisme et l'épreuve du marathon. C'est la première fois qu'il s'aligne sur cette distance en compétition. Son principal adversaire est le le britannique Jim Peters qui détient la meilleure performance sur la distance en 2h20'42". Celui-ci, agacé par ses déclarations qui pense courir en 2h15, s'échappe dès le départ. Mais au 19e km, le Tchèque revient et lance même une accélération qui est fatale au Britannique. Son dernier adversaire, le Suédois Gustaf Jansson le laisse partir un peu plus tard. Son arrivée dans le stade olympique est un triomphe.

    Il se retire après le marathon des jeux Olympiques de Melbourne. Lors de cette édition, qu'il dispute seulement six semaines après avoir été opéré d'une hernie, il est distancé à peu près à la mi-course et finira 6e. A son arrivée, après être resté longtemps couché sur la pelouse, il se relève et va vers Mihalic qu'il croit être le vainqueur. Le Français Alain Mimoun lui annonce sa victoire. Il se met alors au garde-à-vous devant son ami et vainqueur du jour, et déclare : " Alain, je suis heureux pour toi!"

    Après sa carrière sportive il est nommé colonel et travaille au Ministère de la Défense jusqu'au printemps de Prague de 1968. Proche de Alexander Dubček qui prône un Socialisme à visage humain, il est surpris par l'invasion russe. Il se rend alors en pleine rue et doit improviser un discours à la demande des gens qui scandent son nom : il invite alors les armées d’occupation à respecter une trêve olympique.
    Il devient victime de la répression soviétique : il est radié de l'armée et forcé à faire son autocritique. Il est exclu de l'armée, du parti communiste et condamné à ne pouvoir exercer que des métiers manuels ( dont éboueur dans les rues de Prague ). Il est aussi envoyé dans les mines d'uranium de Jáchymov où il reste jusqu’en 1974.

    En 1988, le président Tchèque Vaclav Havel lui décerne le Lion Blanc, un honneur national.

    Le quadruple champion olympique tchèque s'est éteint à l'âge de 78 ans le 22 novembre 2000. Il avait auparavant souffert de pneumonie et d'une fracture du bassin.

    Il fut récompensé à titre posthume de la Médaille Pierre de Coubertin par le président du CIO Juan Antonio Samaranch. Cette médaille est attribuée par le CIO aux sportifs qui ont démontré leur sportivité lors d'épreuves olympiques.

    Le dessinateur Coucho a publié en 2006 une bande dessinée "Zatopek, les années Mimoun".

    Le romancier Jean Echenoz lui a consacré en 2008 un roman, "Courir".

    Extraits de Wikipédia.
    Nom de la page : Emil Zátopek
    Crédit à insérer : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Emil Zátopek de Wikipédia en français (auteurs) édition 2008

    Je rajoute : de part le style, l'ironie et la légèreté du travail d'Echenoz, lire "Courir" est absolument jubilatoire.


  • Conseillé par (Libraire)
    17 septembre 2012

    Courir

    Emile avait horreur du sport ; il sera le fleuron de tout un pays, de tout un parti. Ce conte tchèqueavec des usines, des cross, des militaires et des procèsEchenoz le chronique à un trot pressé : celui du discipliné, de l'indiscipliné Emil Zatopek.


  • 27 décembre 2010

    Le portrait touchant d'un homme passionné emporté malgré lui dans une course sans fin.

    J'ai aimé :
    Le style de Jean ECHENOZ : très minimaliste, il parvient à rendre parfaitement la course effrénée du jeune Emil. Le récit est vivant.

    - Le portrait émouvant de cet homme. Il s'agit d'un roman basé sur un personnage réel. Si le récit puise ses sources dans la vie réelle d'Emil Zatopek, il n'est pas totalement biographique puisque des zones d'ombres demeurent. Jean Echenoz a épuré le récit de façon à ne garder de la biographie du coureur que les évènements principaux. Nous suivons la trajectoire de cet homme que l’on nommait « la locomotive » avec stupeur et tremblements… Quand va-t-il s’arrêter ? Va-t-il courir toute sa vie au risque de laisser sur le bas-côté un peu de lui-même ? Que va-t-il gagner ? Il ne s’agit pas simplement de trophées dans cette course infernale, mais d’une vie passée à courir presque malgré soi vers on ne sait quel ailleurs idéalement meilleur. Une course contre la montre, une course contre la mort…

    - Le portrait d’une époque : L'histoire se déroule dans la Tchécoslovaquie communiste des années 40 et 50. Nous suivons donc en toile de fond l'occupation allemande puis la mise en place du régime stalinien à Prague. Emil Zatopek est aux prises avec les instances dirigeantes de son pays qui l'utilisent politiquement avant de l'abandonner quand ses performances ne sont plus aussi brillantes.


  • Conseillé par
    26 septembre 2010

    Courir

    D'emblée, je n'aurais pas choisi ce livre mais curiosité oblige, je l'ai ouvert et je l'ai lu ...
    Quel ressenti ? difficile à exprimer car c'est une biographie, sans en être une ...

    J'ai découvert la vie d'un robot que l'on met au point et qui, rodé, tourne à plein régime et qui, usé, est mis au rebut.
    Mais il s'agit d'un homme, EMIL ZATOPEK, qui certes est un athlète, mais qui connait également des émotions, des souffrances, des joies et des déceptions ...
    Comment réagit-il lorsqu'une sortie du territoire ou un visa d'entrée lui est refusé alors qu'il s'est imposé un entraînement d'enfer en vue d'une comptétion ou encore, comment vit-il les honneurs dont il est entouré et le bannissement final ?
    Ne pas avoir eu de réponse à te type de questions m'a frustrrée et l'apect répétitif des descriptions des courses m'a lassée.
    C'est néanmoins un livre qui ne m'a pas laissée indifférente et qui m'a donné l'envie de mieux connaître l'homme qu'était Emil Zatopek.