Le temps des grêlons, Roman

Olivier Mak-Bouchard

Le Tripode

  • par (Libraire)
    21 juin 2022

    " Il y a trois ans, Olivier Mak-Bouchard commençait l'écriture du Temps des grêlons.
    Avec en tête la violence de son quotidien américain, où la folie Trump triomphait. Avec en mémoire le souvenir de cette Provence natale qu'il aime, mais où l'extrémisme déjà gangrénait les consciences.
    Il a imaginé un roman où notre monde bascule dans le rejet de l'autre, de l'étranger. Pour rappeler les dangers d'une conscience qui voit mais n'arrive pas à dire, ou trop tard. Pour affirmer l'importance de l'amitié, de la fidélité. Aujourd'hui, alors que les discours les plus violents se banalisent, où des guignols prônent sans plus aucune retenue le rejet de populations en détresse, on mesure l'importance de ce que nous dit ce romancier.
    Il faut un temps où Matin brun devint la réponse de la littérature au discours du FN.
    Le Temps des Grêlons pourrait être celle d'un écrivain à la haine actuelle. "

    Le Tripode

    Guillaume, libraire Charlemagne Toulon


  • 2 mai 2022

    Que se passerait-il si un jour les appareils photos et les caméras cessaient de fonctionner et n'enregistrait plus les personnes?
    Une photo de votre enfant devant un paysage magnifique et au final, juste le paysage. Fini les selfies, fini la télévision, fini les photos de classe et les souvenirs de vacances....
    Plus de photographes professionnels mais des dessinateurs....
    Pourquoi du jour au lendemain ce phénomène apparaît-il?
    Comment notre société mondialisée et hyperconnectée va réagir face à cela?
    Mais les mois passent et l'homme s'habitue à cette situation, jusqu'au jour où....
    .
    Dans les pas de trois collégiens, le monde va changer pour le meilleur et pour le pire.
    .
    Dans ce 2e roman, Olivier Mak-Bouchard nous laisse à voir une société perdue, dans le flou, qui va basculer et être complètement bouleversée.
    Un roman prenant, beau, plein d'innocence et de nostalgie, qui vous laissera avec des doutes plein la tête, des doutes sur notre société mais aussi sur l'âme humaine.

    A noter, la parution en poche du 1er roman d'Olivier Mak-Bouchard "Le Dit du Mistral", ode au Lubéron, également aux éditions du Tripode.
    .
    Conseillé par Marie


  • par (Libraire)
    12 avril 2022

    Déjà remarqué pour son premier roman (Le dit du mistral), Olivier Mak-Bouchard revient avec une enthousiasmante fable aux confins de l'imaginaire qui, ne vous-y trompez pas, a bien des choses à nous dire sur notre monde ; celui d'hier comme celui d'aujourd'hui.
    Avec l'air de ne pas y toucher et la candeur enfantine de son narrateur, l'auteur provençal nous transporte dans son univers singulier.
    C'est à la fois étrange, atypique mais surtout réjouissant !


  • par (Libraire)
    31 mars 2022

    Coup de coeur de Nathalie

    Du jour au lendemain, partout sur la planète, c’est la stupéfaction : les appareils photographiques n’enregistrent plus la présence des personnes. C’est à croire que l’univers, saturé de nos présences, a décidé de se révolter contre l’espèce humaine. En Provence, un enfant observe ce nouveau monde, si chamboulé qu’il bascule dans une réalité que personne n’aurait imaginée… Avec Le Temps des Grêlons, Olivier Mak-Bouchard nous offre un second roman étonnant, une fable envoûtante, douce et âpre, qui questionne une nouvelle fois les menaces qui pèsent sur notre temps.


  • par (Libraire)
    26 mars 2022

    Un roman surprenant et addictif !

    Trois amis d'enfance voient leur vie chamboulée par un phénomène inexplicable: les êtres humains disparaissent de toutes photos. Seuls restent la nature et les objets.
    Après "Le Dit du Mistral" son premier roman, l'auteur compose une fable très originale, teintée d'humour et de poésie, sur notre époque saturée de tout.


  • par (Libraire)
    17 mars 2022

    Une histoire improbable?

    On pourrait se croire dans un livre de Marcel Pagnol mais ne vous y trompez pas ! Le narrateur, un jeune garçon un peu simplet, nous décrit son petit monde de son œil très aiguisé : la copine de classe Gwendo franco-anglaise, le meilleur ami souffre-douleur de l'école, que tout le monde appelle Jean Jean car il bégaye, sa mère qui se démène tant bien que mal pour joindre les deux bouts depuis le décès du père... Mais un événement improbable va alors bousculer l'ordre du monde. Plus aucun être humain n'apparaît sur les tirages photographiques, au cinéma et même à la télévision ! Les médias s'emparent de cette histoire ; tout le monde s'affole mais au bout de quelque temps, on finit par s'y habituer. Et on s'adapte. Les dessins remplacent les photos d'identité, on filme une reproduction grandeur nature du présentateur au moment du journal télévisé.
    Mais, fait bien plus grave, on réalise au bout de quelques temps que les gens photographiés ou filmés un siècle plus tôt réapparaissent sur notre planète comme une pluie de grêlons projetée d'un nuage ou « cloud » où serait stockée chaque image. C'est l'effervescence, les meilleurs scientifiques tentent de calculer les trajectoires de retour de ces personnes. Imaginez la cohue pour accueillir « le grêlon » d'Arthur Rimbaud ! Très vite le nombre de ces retours augmente accompagnant l'essor considérable pris par la photographie. Que faire de toutes ces personnes revenues ?

    En abordant un fait qui peut sembler anecdotique, Olivier Mak-Bouchard excelle à développer une réflexion sur notre humanité et les failles de notre société. Le décalage entre le ton un peu naïf du narrateur et le sujet bien plus grave qu'il n'y paraît renforce encore cette prise de conscience pour le lecteur.
    Le temps des grêlons est le deuxième ouvrage de cet auteur après le déjà très atypique « Dit du Mistral ». On attend la suite de ses écrits avec impatience.


  • par (Libraire)
    17 mars 2022

    Une fable contemporaine aux frontières de l'anticipation

    Qui aurait pu imaginer qu'un jour les humains n' apparaitraient plus sur les photographies ?
    Voici le point de départ de ce nouveau roman d' Olivier Mak-Bouchard où notre monde se trouve bouleversé le jour où nos visages disparaissent des écrans.
    A travers l'amitié de trois adolescents du sud de la France, c'est aussi l'histoire de notre société inadaptée à l'inattendu qui nous est contée..
    Rafraichissant comme un sirop d'orangeade, décoiffant comme un coup de mistral, imaginatif comme l'esprit d'un enfant, ce nouveau roman d'un auteur attaché à sa Provence nous transporte dans des contrées où la farce, le burlesque et l'inattendu se bousculent.
    Et vous ne serez pas au bout de votre surprise, quand des pluies de grêlons feront leurs apparitions sur terre.
    Bonheur de lecture garanti.


  • par (Libraire)
    15 mars 2022

    "Une imagination sans limite. C'est admirable de créativité et d'ingéniosité.
    Soyez curieux et enthousiastes à la découverte de ce livre !"

    Guillaume, libraire Charlemagne Toulon


  • par (Libraire)
    13 mars 2022

    Stupeur, du jour au lendemain, et partout sur Terre, les appareils photos et les caméras ne fonctionnent plus ! Ou plutôt si, ils fonctionnent toujours, mais ils ne fixent plus les images des êtres humains...Finis les selfies, les portraits, et les clichés de photos de famille ratés !
    Et quelque part dans le Lubéron, témoins de ce bouleversement à l'échelle mondiale, un jeune garçon et ses deux amis, que l'on accompagne de l'enfance à l'âge adulte.
    Mais à y bien réfléchir, tout ce qui disparaît finit toujours par réapparaître, d'une façon ou d'une autre, non ? À commencer par cet adolescent qui a perdu ses semelles de vent...

    Après Le Dit du Mistral, un des tout premiers coups de cœur de l'Angle Rouge ( prix Première Plume 2020, Prix des Rencontres à Lire de Dax 2020, et Prix du Livre Cogedim Club 2021 ), c'est un véritable plaisir que de retrouver le précieux talent de conteur d'Olivier Mak-Bouchard !
    Un véritable plaisir mais aussi une véritable surprise que de découvrir un texte que j'ai trouvé vraiment très différent du Dit du Mistral, et c'est en cela que je suis particulièrement admiratif, parce qu'il nous emmène vraiment ailleurs, à la fois du point de vue narratif, mais aussi de la thématique.
    On pense fort à José Saramago, dans cette capacité à partir d'un petit élément déclencheur ( les appareils photos, notre rapport narcissique à la photo, quelle belle idée ! ), et de tirer les fils petit à petit, lentement, patiemment, et de voir où cela nous conduit.

    C'est une fable oui, peut-être, c'est doux, c'est tendre, ça parle de l'enfance, de l'insouciance, mais aussi de l'inévitable peur du basculement dans le monde des "Grands" où vivent les ombres, les peurs, la haine de l'autre qui floute bien mal celle que l'on a de soi. Au point qu'en voulant faire disparaître l'Autre, on disparaît soi-même.

    Un coup de cœur marqué encore du soleil du Lubéron, dans la langue et les images, à l'imagination bienvenue, et qui nous est donné à lire peut-être au meilleur des moments...
    Et quel bel objet, merci au Tripode et à Philleas Dog !

    B.


  • par (Libraire)
    10 mars 2022

    Coup de coeur

    Laissez-vous surprendre par cette fable originale et brillante. C'est en Provence que l'histoire se déroule (comme dans son premier roman "Le dit du mistral "), sous le regard de trois adolescents. Imaginez qu'un jour nos appareils photos cessent d'enregistrer les humains ! Les photos vont normalement sur le " cloud" mais celui-ci est saturé. Puis vient le temps d'étranges averses de grêlons, bien particuliers .Je n'en dis pas plus. Dystopie réjouissante quoique inquiétante. Un petit bijou !


  • par (Libraire)
    9 mars 2022

    Le temps de l'imagination !

    Imaginez qu'un jour, toutes les personnes ayant été filmées ou prises en photo débarquent de nouveau sur Terre. Qu'à la Ciotat, 150 ans après les frères Lumière, arrive (encore!) le train en gare.
    Que ferions-nous alors de ces habitants de nulle part, venue de l'Histoire?

    Deuxième roman d'Olivier Mak-Bouchard (auteur du merveilleux "Le dit du Mistral" paru en poche en 2022), "Le temps des Grêlons" enchante comme un conte. Avec une pointe d'humour, de candeur et de fantastique, l'écriture subtile permet de faire passer les bons messages au bon moment.

    Et ça à la Mandragore, on adore !!

    Pauline


  • par (Libraire)
    3 mars 2022

    Étonnant et addictif

    Du jour au lendemain plus de photos, les selfies, les portraits, les personnes, plus de visage ni de corps sur les photos. Juste rien... les humains ne s'impriment plus. Alors quand des personnes et personnages illustres du passé ressurgissent dans notre monde contemporain, c'est l'incompréhension totale.

    L'auteur nous conte cette histoire au travers des yeux d'un petit garçon en Provence, nous suivons son évolution et celles de ses 2 amis de l'enfance à l'adolescence jusqu’à l'âge adulte.

    Étonnant, une réflexion sur notre monde et notre vie face aux écrans, cette obsession de tout capturer et tout poster sur les réseaux.